ET SI LE CH ÉTAIT TROP PETIT? | Jonathan Deraiche

Bonjour Chers lecteurs / Chères lectrices,

Ceci est mon premier article pour La Première Ronde, alors je souhaite la bienvenue à tous et à toutes pour cet éditorial. En espérant que ce premier article ne sera pas le dernier.

Je sais, comme beaucoup d’entre vous, le CH ne participera pas aux séries éliminatoires cette saison, mais je peux déjà m’arrêter sur deux points pour le bilan final : la fiche atroce face aux Red Wings de Detroit et la performance erratique du club en troisième période. N’eut été de ces deux points majeurs, le CH serait du tournoi printanier. Ce n’est pas une farce; lorsqu’on voit le CH lors des quarante premières minutes et le même club lors de la troisième période, on dirait un remakesportif du Dr.Jekyll et Mr.Hyde… Un côté agressif, intense, rapide et l’autre, frêle, peureux et anxieux.

Ceci m’amène à me poser la question suivante : et si le CH était trop petit physiquement? Et s’il était éreinté, diminué, épuisé en troisième période à cause de son style rapide?

J’ai regardé la moyenne des attaquants de la LNH via internet et la grandeur est exactement de 6’1″ (six pieds, un pouce). De la formation partante, seulement un est plus grand (Joel Armia) avec trois pouces de plus. Pas deux joueurs, ni trois, MAIS UN SEUL! Pour le poids, la moyenne est de 199.3 livres, donc légèrement en deçà de 200 livres. De ce nombre, hormis Joel Armia avec 213, Dale Weise atteint cette marque, à 209. Maintenant, libre à vous de calculer Dale Weise comme un membre à part entière du CH ou plutôt un attaquant du Rocket de Laval…

Depuis deux ou trois ans que je remarque une inconstance dans le CH. Il semble s’épuiser durant de longues séquences pendant la saison, malgré l’effort. L’énergie n’y semble pas toujours ou si elle y est, c’est la concentration qui fait défaut. Est-ce que ceci serait directement relié aux performances du CH lors de la troisième période cette saison? Pourquoi pas?

J’aime bien le style de Gallagher et de Byron. Mais on ne se le cachera pas; ils ne font pas le poids face aux défenseurs de la LNH. Juste dans la division Atlantique, voici les défenseurs qui pèsent plus que Joel Armia (213 livres) : Chara et Carlo à Boston, Cernak, Hedman, Schenn, Bogosian, Coburn, Sergachev et McDonagh à Tampa Bay, Rielly, Marincin et Muzzin à Toronto, Brown et Ekblad en Floride, Ristolainen à Buffalo et Nemeth et Ericsson à Detroit. À Montréal? Seulement Weber, Chiarot et Price sont plus lourds qu’Armia.

Je le répète, j’aime bien Gallagher et Byron. Ils se défoncent à tous les soirs. Mais comment voulez-vous qu’ils jouent de façon robuste (lire récupérer la rondelle dans le coin de la patinoire, pousser l’adversaire pour se donner un meilleur angle de tir ou même de rester devant le gardien pour obstruer sa vue) lorsqu’ils pèsent entre 20 et 90 livres de moins que les défenseurs adverses? Chara pèse 250 livres. C’est énorme comparativement à Hudon (195), Domi (192), Gallagher (184), Tatar (183), Weal (180), Lehkonen (176 malgré son 6’) et encore plus face à Byron (158)! Oui, tous ces joueurs peuvent pousser Chara, mais cela prend beaucoup plus d’énergie pour le faire qu’Armia. De l’autre côté, recevoir une mise en échec de Chara, on aime mieux que ce soit Armia qui la reçoive qu’un de ces nainsdu CH.

Oui, le CH est rapide. Mais le fait de se faire malmener physiquement draine énormément l’énergie et la concentration du club, qui pourrait être une explication des séquences de défaites et de la piètre performance du club en troisième période.

Marc Bergevin ne veut pas toucher à son noyau. Soit. Mais sans prendre du poids, le CH va se faire piétiner de plus en plus et ce, à chaque saison. Je ne dis pas d’échanger tous les joueurs pour dépasser la moyenne des attaquants, mais une chose est certaine : des joueurs comme Maroon ou Ritchie (Nick), il n’y en a pas à Montréal. Et affronter plusieurs fois par saison des défenseurs de la trempe de Chara ou Hedman, ça fait mal et ça déconcentre.

D’autant plus que jouer 82 rencontres lorsque tu es plus léger, ça aide à patiner… mais pas à recevoir une mise en échec. Posez-vous la question suivante : aimeriez-vous pousser quelqu’un plus léger que vous plusieurs fois par match pendant la saison ou pousser quelqu’un de plus lourd en gardant ses énergies et sa concentration? Poser la question, c’est y répondre…

À bon lecteur, salut!

Jonathan Deraiche

Publié
6 mois
Categories
Canadiens
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *