La Côte d’Ivoire obtient son billet pour la finale

Grâce au but de Sébastien Haller, la Côte d’Ivoire est parvenue à vaincre la République Démocratique du Congo et se qualifie pour la finale de la Coupe d’Afrique des nations. 

Dans une ambiance électrique au stade Alassane Ouattara, à Abidjan, les Éléphants avaient comme objectif de faire une meilleure prestation sur le terrain de la capitale économique ivoirienne, eux qui ont subi un lourd revers de 4-0, en phase de poule, contre la Guinée équatoriale.

Sous le joug d’un stade à guichet fermé, la nervosité s’est emparée des joueurs d’Emerse Faé qui ont commencé la rencontre du mauvais pied en accordant les premiers coups de semonce à l’équipe adverse.

Dès les premières minutes de la rencontre, la sélection congolaise est passée près d’ouvrir les hostilités, à la suite d’une faute de main de la part du portier ivoirien, Yahia Fofana. Heureusement, l’arbitre a sifflé une faute en raison d’un pied élevé venant de Meschack Elia.

Cette frayeur, causée par les Congolais, a su réveiller la Côte d’Ivoire qui a commencé à obtenir plusieurs occasions. Faisant preuve de vivacité sur son côté gauche, le joueur de Brighton and Hove Albion, Simon Adingra, a failli causer une éruption chez les Ivoiriens en effectuant une tête qui est passée près de déjouer Lionel Mpasi.

La cadence s’est poursuivie quelques minutes plus tard où Sébastien Haller est passé près de procurer de la joie à ses partisans, grâce à une tête mal exécutée qui est venue près d’ouvrir la marque.

C’est vers la fin de la première mi-temps que les Éléphants ont failli ouvrir le bal, à la suite d’une frappe sèche de l’ancien porte-couleur du FC Barcelone, Franck Kessié, qui a caressé le poteau du cerbère congolais.

Une deuxième mi-temps qui s’est poursuivie sur le même rythme, puisque c’était au tour des hommes de Sébastien Desabre d’attaquer le dernier tiers du terrain. Théo Bongonda a effectué une belle percée dans la surface de réparation, mais n’est pas parvenu à perturber Fofana qui a vu le ballon frapper le petit filet.

Sous une ambiance volcanique, les Ivoiriens ont finalement soulevé sa foule grâce à la percussion du vétéran Max Gradel qui a repéré son compère Haller, dans la surface de réparation, et celui-ci a terminé l’action avec une demi-volée qui a permis de placer son équipe aux commandes, à la 65e minute.

L’attaquant évoluant au Borussia Dortmund a failli inscrire un doublé, à cause d’un revirement créé par Gédéon Kalulu qui a remis le ballon dans l’axe, mais celui-ci n’est pas parvenu à effectuer une louche qui aurait pu déstabiliser le gardien.

Le vent dans les voiles, la Côte d’Ivoire a su imposer son empreinte face à des Congolais impuissants qui ont tenté de créer une étincelle dans le secteur offensif.

Outre la frappe de Elia qui est passée à côté du filet de Fofana, c’est la percée de Jonathan Bamba, arrivé en cours de match, qui aurait pu sceller la rencontre dans les arrêts de jeu, mais la défense congolaise a résisté.

Après avoir congédié leur entraîneur Jean-Louis Gasset en début de compétition, terminée troisième du groupe A, perdre contre le Nigéria et rescapée par une victoire du Maroc pour accéder au tour éliminatoire, la Côte d’Ivoire est le premier pays hôte depuis l’Égypte, en 2006, à se qualifier pour la finale de la Coupe d’Afrique des nations et affrontera le Nigéria, 11 février.

Publié
5 mois
Categories
Non classé
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *