Volet espoir | Jack Quinn, le marqueur ubiquiste

Crédit photo: Le Droit

JACK QUINN | 67’s d’Ottawa Ottawa 67s (2013 - Pres)

Ailier droit | 6’0, 176 lbs | Droitier | Ottawa, Canada
Statistiques 2019-2020

OHL (Ottawa): 52 buts, 37 passes, 89 points en 62 rencontres

Un des plus vieux joueurs qui en est à sa première année d’éligibilité du repêchage, Jack Quinn en a surpris plus d’un avec son ascension cette saison. Après n’avoir joué qu’une seule saison dans le midget AAA (en 2016-17), Quinn en était à sa première saison complète dans les rangs juniors l’an dernier, dans laquelle il a enregistré un modeste total de 12 buts et 32 points en 61 rencontres. Il a donc commencé la présente saison sous le radar, projeté à l’extérieur de la première ronde par la Centrale de recrutement de la LNH. Depuis, Quinn a explosé avec 52 buts en seulement 62 parties cette saison, pour le deuxième rang des buteurs de la OHL, derrière Nick Robertson.

Certains diront qu’il excelle autant puisqu’il évolue dans une équipe dominante, ou encore qu’il joue avec le talentueux centre Marco Rossi (ce qui est faux alors qu’il a passé la grande majorité de la campagne avec Mitchell Hoelscher comme centre), n’empêche que Jack Quinn est un prolifique buteur qui a trouvé le fond du filet la majorité du temps à 5 contre 5. Une menace constante avec la rondelle, Quinn se démarque grâce à sa polyvalence en tant que marqueur, son travail acharné et son jeu solide dans les deux sens de la glace. Il a notamment remporté le titre du joueur le plus amélioré dans la ligue ontarienne et terminé au troisième rang pour le « tir le plus dangereux ».

Analyse

Tout d’abord, la mobilité de Quinn s’est grandement affinée entre sa première et sa deuxième saison avec le 67 d’Ottawa. Il atteint maintenant une grande vitesse de croisière, particulièrement en ligne droite grâce à ses puissants coups de patin. D’ailleurs, Quinn excelle à pénétrer la défense adverse en entrée de zone. Ses changements de direction et ses arrêts sont secs et efficaces, puisqu’il possède un bien meilleur équilibre et s’avère maintenant plus solide sur ses jambes.

Son meilleur atout toutefois demeure son lancer redoutable qui semble anodin à première vue, mais se révèle vif et sournois. Le réputé Craig Button de TSN considère même Quinn comme le meilleur buteur du repêchage, quoi qu’Alexander Holtz lui fasse assurément compétition à ce sujet. Son snapshot est son tir le plus dangereux : Quinn tend à ramener la rondelle un peu derrière avant de l’expédier directement dans la lucarne. Il décoche un puissant tir sur réception et peut également marquer du revers. En plus, l’attaquant se démarque par son travail ardu autour du filet, que ce soit pour sauter sur les retours de lancer ou pour dévier les tirs de ses coéquipiers. L’équipe qui va hériter de Quinn pourra bénéficier d’un marqueur ultra versatile.

En plus de remplir le filet fréquemment, Quinn distribue bien la rondelle, sans pour autant être un incroyable fabricant de jeu. Il est très bon à repérer ses coéquipiers libres lorsqu’il est étroitement surveillé. Il est patient avec la rondelle et garde toujours la tête haute, à l’affût du jeu. Le natif d’Ottawa manœuvre bien la rondelle et semble fluide en possession de celle-ci. Il est très efficace en un contre un grâce à ses feintes d’épaules et à utiliser de son corps pour protéger la rondelle.  En avantage numérique, Quinn est extrêmement dangereux devant l’enclave du filet adverse, dans le rôle du tireur pour compléter les jeux tic-tac-toe (un peu comme TJ Oshie avec les Capitals).

Jack Quinn est aussi un joueur intelligent avec et sans la rondelle. Il est toujours bien positionné ou en mouvement et ne triche pas sur le repli défensif. Quinn coupe efficacement les lignes de passe avec son bâton et a d’ailleurs très bien fait sur l’infériorité numérique avec le 67. Il est prompt à joindre le jeu en transition afin de créer une chance de marquer. Le jeune attaquant gagne davantage de batailles le long de la bande et n’a pas peur du jeu physique, sans pour autant servir d’immenses mises en échec. Fait inusité : Quinn ne s’est jamais entraîné avant ses 15-16 ans, ce qui signifie qu’il reste place à beaucoup d’amélioration au niveau de sa force et de son conditionnement. Somme toute, Jack Quinn est un incroyable marqueur, un bon passeur avec un respectable coup de patin, mais il est surtout un joueur complet en raison de son jeu dans les trois zones.

Comparaison LNH: Mark Stone (surtout pour son côté défensif), T.J. Oshie (pour sa versatilité comme marqueur), Brendan Gallagher (pour son travail devant le filet et ses affinités comme marqueur, sans le côté « peste »)

Conclusion

L’attaquant avait plusieurs lacunes dans son jeu en débutant sa saison d’éligibilité au repêchage, mais il a travaillé fort afin de transformer ses faiblesses en force. Son coup de patin était plutôt moyen auparavant, tout comme ses batailles le long des bandes. Quinn est aussi considérablement plus combatif devant le filet et manœuvre mieux la rondelle. Il est définitivement l’un de joueurs qui s’est le plus amélioré de la présente cuvée. Il gagnerait à ajouter un peu de masse et à travailler davantage sur son patin, qui est respectable, mais toujours pas exceptionnel s’il veut produire dans la LNH.

Projection repêchage

Projeté en dehors de la première ronde l’automne dernier, Jack Quinn s’est maintenant taillé une place dans le top 15 et même du top 10 dans certains classements des espoirs du repêchage. Toutefois, l’excellente qualité des attaquants de l’actuelle cuvée devrait le repousser entre le 9e et le 15e choix. Une équipe qui le repêche passée la 10e sélection devrait être bien heureuse de mettre la main dessus.

Dans l’optique où le Canadien repêche au 9-10e rang (72,8% de chance), la sélection de Jack Quinn serait fort bien intéressante, puisqu’il remplit exactement les critères du genre de joueur que l’on voudrait jumeler aux centres Suzuki, Kotkaniemi et Poehling: un droitier qui marque des buts de différentes façons, qui travaille fort devant le filet et le long des bandes, en plus d’être efficace offensivement et défensivement. Sinon, les Blackhawks (79,5% de de chances de repêcher au 9e ou 10e rang), les Coyotes (86,2% d’avoir le 10e ou 11e choix) ou le Wild (89% de chances de repêcher 11e ou 12e) possèdent des relèves un peu faible du côté droit à l’attaque et seraient donc tentés de sélectionner Quinn.

Potentiel

Vu son habileté à marquer de toutes sortes de façon et son jeu dans les trois zones, Jack Quinn a le profil d’un attaquant qui pourrait jouer sur l’un des deux premiers trios, évoluer sur la première vague d’avantage numérique et probablement aussi à court d’un homme. Avec son style de jeu, il ne serait guère surprenant qu’il enregistre plusieurs saisons d’autour 30 buts, 30 passes, en plus de s’impliquer autant offensivement que défensivement. En gros, un ailier complet qui aura un impact considérable dans la LNH d’ici quelques années. Dans le pire des cas, il serait un attaquant de 2e ou 3e trio qui serait appelé à contrer les gros canons des équipes adverses et à remplir le filet de temps à autre.

 

Liens des analyses précédentes:

Volet espoir | Tim Stützle, la prochaine étoile allemande

Volet espoir | Jamie Drysdale, sur les traces de Cale Makar

Volet espoir | Lucas Raymond, le distributeur par excellence

Grand fan de hockey qui se spécialise particulièrement dans les jeunes espoirs à venir, Joey travaille depuis plusieurs années à La Première Ronde et auparavant à En Prolongation. Il multiplie les heures de visionnement des matchs pour vous donner des analyses complètes et détaillées.

Publié
3 semaines
Categories
HockeyRepêchage
Commentaires
Aucun commentaire
Written by Joey Fortin Boulay

Grand fan de hockey qui se spécialise particulièrement dans les jeunes espoirs à venir, Joey travaille depuis plusieurs années à La Première Ronde et auparavant à En Prolongation. Il multiplie les heures de visionnement des matchs pour vous donner des analyses complètes et détaillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *