Bientôt disponible dans un écran de votre salon

Bonjour,

Le camp d’entraînement achève. La vraie saison va commencer : les séries éliminatoires. Une foule de soirées excitantes nous attend à l’horizon. 16 équipes auront gagné une place dans la vraie saison à la suite de ce long entraînement de 82 matchs, parsemés de hauts, de bas, de surprises et de déceptions; remplis de points, suite à un but, à une passe ou à une suture.

Si les séries débutaient ce soir, nous aurions des confrontations titanesques dès le premier tour des séries.

Les Blue Jackets de Colombus, qui empêchent le duel tout floridien, contre le Lightning de Tampa Bay qui est une équipe remplie d’attaque électrisante et foudroyante. Le retour de Torto dans une série contre l’équipe qui lui a permis de graver son nom sur le même trophée que Scotty Bowman, Al Arbour, Joel Quenneville. Parfois la vie est injuste… Les canons ou l’éclair?

Les Maple Leafs de Toronto fermeraient la production acéricultrice en prenat  le TEA PARTY chez les Bruins de Boston. Deux jeunes équipes en pleine progression. Le maître Jedi O-Babcock-kénobi contre le grand Darth Chara, qui comme dans la vraie série filmographique, n’est pas si obscur dans son cœur, car comme Darth Vader, après avoir blessé un plus petit (Philippe, je ne suis pas ton père) démontre un grand cœur en enlevant son masque pour s’enquérir de la santé du joueur qu’il vient de détruire en lui tirant un coup « d’astuce » sur son casque.

Les diablotins du New Jersey tenteraient de stopper la bande à Sidney, visant une troisième coupe Stanley consécutive. L’autre rival pennsylvanien, les Flyers se frotteraient aux Capitals dans la capitale américaine. Philadelphie a-t-elle encore de la graisse et de l’huile pour les poteaux de son centre-ville afin d’empêcher les fans d’y grimper ? Serait-ce l’année d’Ovechkin, le Tsar, ou sera-t-il encore déchu, déçu ? Est-ce que les Penguins ont encore un truc dans leur banquise froide pour calmer les jeunes et chaudes ardeurs du New Jersey?

L’Ouest ne nous laisserait pas en reste.

Une Avalanche tenterait de déstabiliser la capitale du Country. La froideur du Colorado contre la chaleureuse défensive prédatrice à Nashville. Fisher et sa magnifique épouse chanteuse Madame Carrie Underwood feront-ils une ultime tournée d’adieu en quatre volets entonnant leur plus grand succès, coup d’épaule avec un costumier Subban, amateur de rap en première partie. De quoi faire rougir de honte toutes les grandes vedettes de la chanson ?

Une froide bataille sévirait dans le Mid-Ouest de l’Amérique du Nord alors que les sauvages Wild affronteraient les Jets en direct de Winter-PEG. Le finlandais bien au chaud dans sa Laine, dauphin du Finnish Flash dorera le froid ciel du Manitoba. Est-ce que le Wild restera sur le « Stall » (le neutre dans mon dico de bleuet) face à ce vent du nord ressenti dans le MTS (une chance que l’on dit ITSS maintenant) Center ?  Peter, Paul et Mauricie seront des plus heureux si les Benny and The Jets jouent la bonne note. Pendant ce temps, les partisans de Québec devront regarder les deux chevreuils devant le Centre Vidéotron en se demandant le sens de cette sculpture, avec dans l’esprit, qu’ils venaient de se débarrasser du cadeau français artistique, le cube blanc, dans le petit Champlain. Google It, just a Little bit (sur l’air de Wiggle It).

Question de se réchauffer et de réunir toutes les étoiles, les Stars se placeraient « ALL-IN » contre les étoiles du casino et de la strip de Vegas émue par une équipe qui aura Fleury bien avant son printemps. Récemment, un ami a visité la capitale du vice. Même les cartes de hockey sont vicieuses dans cet endroit. Lorsque vous déambulez sur la strip, on vous donne gratuitement des cartes de hockey. Ce n’est pas un joueur de hockey, mais un décor montagneux vous invitant à dépenser dans un autre service digne du Red Light. Roxannnnnnne chantait The Police. Le dernier duel du premier tour, tout Californien et tout animal placerait dans le même ring les canards et les requins.   Reste-t-il assez de dents aux vieillissants requins ? Est-ce que les Sharks feront la barbe aux Ducks, avec en tête Chewbacca Burns ? Est-ce que les Ducks vont sortir gagnants de cette série sans rire Jones…  Que reste-t-il de nos amours disent les partisans des canards au sujet des moins jeunes Getzlaf et Perry, têtes d’affiche au crâne dégarni chez les Ducks.

Que j’ai hâte aux séries.  Attendons, en salivant d’impatience, pour faire des prédictions. Je suis un peu tanné de voir le Rocket de Montréal. Au moins, ils perdent avec des jeunes maintenant. En terminant, j’aimerais vous partager une excellente blague entendue à la radio dimanche, dans l’émission « À la semaine prochaine ». Dans un sketch rendant hommage au 85e anniversaire du jeu Monopoly, un imitateur de Daniel Lemire a demandé ceci : Quelle est la différence entre une partie de Monopoly et une partie du CH? On peut jouer au Monopoly après avril.

Il est trois heures on ferme…

À bientôt.

Daniel Marier Auteur
Auteur
Auteur
Publié
6 mois
Categories
Hockey
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *