BIENVENUE CHEZ SERINGUE SHACK

Quand j’étais jeune, avant que cela devienne La Source, nous avions aux quatre coins du Québec, des commerces nommés Radio Shack.   Dans ce commerce, qui embauchait mon oncle comme employé, il y avait un club de piles (de batteries comme on le dit en bon québécois). De mémoire, nous avions une carte que les employés poinçonnaient en échange de piles de notre choix. Ces piles avaient le logo de Radio Shack et on les avait gratuitement selon un quota mensuel (cela correspondait à la durée de vie de ces piles). Cela fait plus de trente ans, mais dans mon souvenir c’était ainsi, je peux me tromper. Sinon, vous pouviez aussi, il y a 30 ans, utiliser votre petit crayon pour acheter un truc dans un magasin arborant uniquement des catalogues, quelques employés et système de roulement (style bagage aux aéroports) pour obtenir un nouvel item (moi c’était le Walk-Man à cassette de Sony— auto-reverse, attention c’est sérieux).  C’était Distribution aux Consommateurs… Maintenant tous les crayons de Distribution aux Consommateurs ont été remis au club de Golf et au mini-putt pour marquer vos points sur la petite carte. Je divague, revenons à Radio Shack et au titre de mon article.

Cette semaine j’apprenais, un autre scandale possible de dopage dans le monde du cyclisme. Christopher Froome, 4 fois gagnant du Tour de France et premier à gagner dans la même année et dans cet ordre, le Tour de France et le Tour d’Espagne, aurait été coincé pour dopage. Bon un autre cas. Bâtard, ça finira jamais dans ce sport et dans le sport en général. Armstrong, Landis et Contador sont des exemples récents de dopage du cyclisme.Le film récent The Program qui dépeigne la carrière dopée de Armstrong est totalement fascinant. Est-ce totalement vrai, on ne sera pas tout ? Mais même les organisateurs du Tour savaient, semble-t-il, qu’il était dopé. Quand même incroyable !!! D’autant plus qu’une brève recherche dans les Internet démontre que les problèmes de dopage au Tour de France remontent aux années 60, alors qu’un athlète ayant fait une chute mortelle dans un col de montagne, avait des petites pilules avérées dopantes dans une poche de son gilet de compétiteur….  Prochain slogan du tour : « Dopé depuis plus de 50 ans ». Renaud chantait : « 500 connards sur la ligne de départ » !!!

Les Russes ont été pris la main sur la seringue dans un scénario de dopage tellement vaste qu’il serait impossible d’y croire une réalisation cinématographique fictive.   Le CIO en grand défenseur de la vertu olympique a banni la Russie des prochains jeux coréens. Cependant, les athlètes propres d’origine russe pourront compétitionner sous une bannière indépendante. Wow, toute une sanction. C’est comme si je me faisais condamner pour ivresse au volant et que je perdais le droit de conduire mon auto. Cependant le juge pourrait décider de me « permettre de me déplacer dans un véhicule de classe intermédiaire mû à l’énergie fossile ». Toute une sanction….  Les Russes dansent une POLKA de leur pays en sifflant quelques shooters de VODKA. Da Da Da…..  Ils sont morts de rire….  L’art de jouer sur les mots. L’art de jouer sur les mots.

Les jeux de Slotchi seront reconnus dans l’histoire comme étant les jeux des cocktails louches pour améliorer la performance, dans une vaste tricherie institutionnalisée. Il appert que les mélanges nutritifs bonifiant la performance, aurait pu, selon un reportage de François Boguingo, avoir été préparé par un certain Giovanni Appolo, dont le prénom et les origines ethniques restent flous….  Si Boguingo le dit, cela doit être vrai. Comme Homer Simpson qui embrasse son téléviseur en s’excusant d’avoir douté de la véracité offerte par ce dernier.

Vous souvenez-vous d’un lanceur québécois ayant gagné le trophée Cy Young, remis au meilleur lanceur ? Son surnom était Game Over !!! Il était dopé ce monsieur Gagné. Il a son nom dans le livre des records de du baseball pour le plus grand nombre de sauvetages consécutifs.   Ce record ne mérite pas d’être reconnu. Désolé Éric, mais tu as triché pour l’obtenir. La course au record du plus grand nombre de circuits en une seule saison, entre Mark McGwire et Sammy Sosa, éclipsant le 61 de Roger Maris, mérite-lui aussi un astérisque dans le livre des records.   Les deux athlètes n’étaient pas propres.

Je pourrais aussi vous parler de la grande déesse sibérienne du Tennis Maria Sharapova. Nous avons perdu une médaille d’or olympique canadienne au 100 mètres, dans le cas de Ben Johnson, alors que Carl Lewis, avéré comme un tricheur la suite, avait été couronné. Nous avons eu au Québec Geneviève Jeanson. Il en pleut des cas de dopages. Damn It!!!!!

Depuis quelque temps, j’ai hérité à mon travail de fonction relié au programme d’éthique. Je me suis renseigné sur le sujet en lisant. En bref, l’éthique consiste à différencier le bien du mal en se basant sur le jugement de valeur. C’est relié à la morale. Depuis quelques années, nous sommes confrontés à des tricheurs, des voleurs et des gens prêts à tout pour leur heure de gloire.   Je blaguais plutôt sur Boguingo et Appolo, mais ce sont deux personnalités publiques québécoises qui ont bâti leur carrière sur des mensonges. Nous avons des athlètes dopés dans tous les sports, même aux Olympiques. Le baron Pierre de Coubertin doit se retourner dans sa tombe. L’esprit olympique n’est plus. Ce que l’humain peut faire contre la morale et les valeurs de droiture est totalement aberrant. Ce qui est le pire, c’est que chaque dopé avéré a une base de fans qui le vénère et cela pourrait inciter de futurs athlètes de demain, aujourd’hui fans déçus, d’utiliser le même raccourci pour gagner. Cela me dégoûte.

Donc, voici mon commentaire, un peu ironique et quand même blasé face à ce constat. Au lieu de légaliser la marijuana, légalisons les stéroïdes anabolisants, les produits dopants.   Ouvrons des boutiques de Seringue Shack qui offriront gratuitement (à la place des piles de Radio Shack) des Slushs dopantes selon votre sport préféré.   Tu aimes le golf, deuxième rangée à droite. Toi, c’est le hockey, première rangée à gauche, tu es chanceux, on vient de recevoir la nouvelle recette juteuse. Dans une époque qui fabrique des faux reporters, des faux couples (soit à Bali ou dans le Pré), des artistes chanteurs (en Académie ou avec la Voix) et autres phénomènes instantanés, allez pousser votre logique une marche plus loin.   Fabriquons des athlètes. Les Russes le faisaient déjà dans Rocky IV avec Ivan Drago.

Il y aurait aussi des économies mondiales à faire. Fini les grandes enquêtes portant sur le dopage. Fini les sévères suspensions olympiques ébranlant toute une nation. Fini les Tours de France dopé. Fini les lanceurs et les frappeurs dopés. Nous n’aurions plus besoin des agences antidopage, car ce serait légal de se droguer.

Pourquoi se faire suer à un pratiquer un sport alors qu’une smarties magique viendrait te porter au top directement.  Ainsi, nous les païens et amateurs de sports assis sur notre canapé saurons sûrs d’un point : Tous les athlètes qui font le même sport devant mes yeux ont tous été drogués également avant de commencer.

À la boxe, il y a une pesée officielle avant le combat et le gavage reconnu pour augmenter le poids en vue du combat. Dans tous les sports, il y aurait une séance publique de la seringue afin de droguer en public nos athlètes. Les adversaires pourraient s’assurer de la couleur, de la qualité et de la quantité injectées chez l’opposant. Heille ce serait super pour les commanditaires !!! Imaginez, la veille du Super Bowl, tous les footballeurs sur une estrade publique avec une bouteille aux couleurs du produit dopant, une immense bannière de la compagnie fabriquant la dope, s’administrant la dope en public au rythme d’un jingle publicitaire punché. Leurs parents, leurs amis et leurs fans seraient tellement fiers de cet accomplissement. Les cotes d’écoute exploseraient. Imaginez le bonheur et la fierté qui vous envahit !!! Le poil ne frissonne pas sur vos bras. Quoi, vous êtes inconfortables avec mon propos.  Il est trop sévère. Pourtant, en ce moment, j’ai l’impression que c’est ce qui se passe derrière les portes closes loin des caméras et des informateurs publics. La vérité fait mal parfois.

En terminant, je demeure idéaliste et je persiste à croire que le sport sera nettoyé de dopage. Je le souhaite pour vrai. En attendant, j’ai préparé deux biscuits sans gluten, un verre de lait sans lactose et j’attends, devant ma cheminée, l’arrivée du Père Noël avec mes cadeaux. J’ai aussi des carottes biologiques pour les rennes. Cependant si le Père Noël lit cet article avant le 24 décembre, je pourrais me retrouver sur la liste des vilains et être exclu de la distribution des cadeaux, surtout si le Père Noël, comme Donald Trump est ami avec Poutine, le dirigeant russe. Je vais tenter de retrouver mon vieux Walk-Man à cassette autorêveuse pour me consoler sur une chanson langoureuse de Debbie Gibson.   Joyeuses Fêtes et au plaisir de lire vos commentaires suite à cette chronique.

 

Daniel Marier Auteur
Auteur
Auteur
Publié
5 mois
Categories
Chroniques
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *