Lou Williams, une étoile qui passe sous le radar | William Thériault

Tout au long de sa carrière, l’arrière Lou Williams n’a été utilisé qu’à titre de partant moyen ou de solide joueur en sortie de banc. L’athlète de 6 pieds 1 pouce a su miser sur sa vitesse et son excellent tir pour subsister chez les pros, le tout depuis son repêchage en 2005. Pour un choix de deuxième ronde, il faut dire que c’est un parcours plutôt intéressant que de toujours faire partie des rangs de la NBA, le tout en ayant douze saisons d’expérience sous la ceinture.

Bien sûr, si on ne se fit qu’à cette description, on se trouve dans l’impossibilité de percevoir l’étoile en lui. Et je suis totalement d’accord: si on parle d’un joueur qui a produit des saisons avoisinant les moyennes de 11 à 15 points par match, sur une base constante, pendant une douzaine d’années, je ne trouverai aucune trace prouvant sa valeur en tant que joueur vedette, bien que je puisse reconnaître qu’il participe activement à la réussite des siens saison après saison.

À priori à la présente saison, Williams n’a pu atteindre le plateau des 15 points par match qu’à trois reprises, soit lors des trois dernières campagnes de la ligue. Par ailleurs, il faut savoir que ces années ont marqué le début d’une amélioration significative par rapport aux premières saisons de sa carrière, sans toutefois pouvoir ne serait-ce qu’accoter les performances qu’il signe en 2017-18.

Après avoir été transféré chez les Clippers de Los Angeles durant la saison estivale, Lou s’est développé à un rythme inimaginable. Cette saison, il ne cesse d’épater la galerie, alors que ses statistiques de 23,1 points, 5,0 passes décisives et 2,6 rebonds par match sur des taux de réussite de 44,9% en général, 41,3% de la trois points et 90,9% depuis la ligne de lancers-francs représentent presque tous des hauts en carrière pour lui.

Ces chiffres font de lui le meilleur marqueur et le troisième passeur de l’équipe pour la saison, ce qui est considérablement remarquable. Son nom figure d’autant parmi les meneurs de la ligue pour la moyenne de points inscrits, alors qu’il se trouve au seizième rang dans cette catégorie, n’étant que le cinquième à sa position y étant mentionné.

Selon moi, de telles statistiques évoquent sans aucun doute le statut d’All-Star. Une contribution si importante ne peut pas passer sous le radar bien plus longtemps. Il est clair que Williams a sa place au Match des Étoiles en février. Malheureusement, dans une Conférence de l’Ouest aussi compétitive, je doute fortement que notre sujet du jour bénéficie d’une reconnaissance aussi importante que les autres gros noms à cette position, comme Klay Thompson, Jimmy Butler ou Devin Booker, alors qu’il affiche des moyennes quasi-identiques à ces derniers.

Je souhaite fortement que Lou Williams puisse figurer parmi ceux qui prendront part au Match des Étoiles le mois prochain. Son amélioration rapide et constante le mènera assurément vers une réussite s’il la maintient, j’espère donc sincèrement que son travail acharné portera ses fruits.

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *