Tarasenko à Montréal? | Ben Ménard

Si le simple nom de Vladimir Tarasenko fait vibrer les amateurs de hockey partout autour de la LNH, le joueur lui-même ne fait pas vibrer beaucoup le cordage des filets adverses cette année.  En effet, après 47 rencontres, le pourtant fort talentueux attaquant russe se dirige péniblement vers une autre saison de soixante quelques points, sa deuxième consécutive sous la barre des 70 points à laquelle il avait habitué ses patrons à Saint-Louis.

Que se passe-t-il donc avec ce joueur qui chatouillait habituellement le point par match et qui était abonné au top 5 annuel concernant les tirs au but?  Serait-il malheureux dans la deuxième plus grande ville du Missouri?  Peut-être.  Manque-t-il de partenaires de jeu intéressants?  C’est peu dire, car si Ryan O’Reilly connaît une bonne saison, on ne peut pas en dire autant des Alex Steen, Brayden Schenn, Alex Pietrangelo ainsi que de l’illustre compagnon de premier trio de Tarasenko, Patrick Maroon.

Alors donc, pourquoi Bergevin devrait-il se laisser tenter à proposer une offre?  Si vous avez vu un seul match où le Russe est à son meilleur, poser la question, c’est y répondre.  S’il devait atterrir dans le vestiaire du Canadien, il deviendrait aussitôt leur plus gros atout offensif.  Ajoutez à cela son contrat intéressant (en comptant cette saison, il lui reste encore 5 années de contrat ayant un impact de 7,5 malheureux millions de dollars sur la masse salariale, ce qui est bien peu considérant que ce joueur peut marquer 40 buts pour un total avoisinant les 75 points par années) et Tarasenko a de fort bonnes raisons d’intéresser le directeur général de Montréal ainsi que ses compétiteurs.  Enfin, considérant sa saison actuelle ainsi que la précédente, sa valeur a peut-être un peu baissé, ce qui fait que ce pourrait être le moment idéal d’en faire la demande.

Mais alors, Doug Armstrong pourrait-il réellement être tenté de se défaire de son attaquant vedette, sa principale force de frappe des 5 dernières saisons?  Le nœud de l’affaire, c’est que cette saison sera pour Tarasenko sa dernière avant que sa clause de non-échange prenne effet.  C’est donc dire que si les Blues, qui croupissent au 25eme rang de la LNH et dont les chances de faire les séries s’amenuisent, veulent passer en mode reconstruction en monnayant leur plus bel attrait, c’est la dernière occasion qu’ils ont de la faire avant que le joueur puisse refuser certaines destinations.

Qu’est-ce que Tarasenko pourrait bien coûter?

La dernière fois que des attaquants de la trempe de Tarasenko ont été échangés, si l’on omet le tragique Hall-Larsson, il faut remonter à Kessel en 2015, à Spezza en 2014 ou encore à Seguin en 2013… Bref, des joueurs de ce talent ne changent pas souvent d’adresse! (Observez comment j’ai habilement contourné le dossier Pacioretty…).  Sans jeter l’éponge immédiatement, prêtons-nous au jeu d’établir quelles pourraient être les demandes de Armstrong pour son joueur étoile et surtout… qu’est-ce que Bergevin pourrait/voudrait sacrifier pour Tarasenko.

Il va sans dire que si l’on parle de reconstruction, on doit parler de jeunes et de choix de repêchage.  Dans le cas d’un échange Canadien-Blues, on pourrait ajouter l’option gardien de buts.  L’équipe américaine doit effectivement composer avec un cruellement inefficace duo composé de Jordan Binnington (qui a montré une belle séquence) et Jake Allen (qui était pourtant promis à un bel avenir).  Bergevin pourrait-il tenter son homologue à Saint-Louis en incluant Charlie Lindgren dans un échange potentiel?

Bof…

Le jeune gardien présente des statistiques intéressantes mais ne semble pas destiné à l’élite, et même si cela devait être le cas, les gardiens ne sont pas reconnus pour avoir une grande valeur lors d’échanges.

Nous reste donc les jeunes patineurs intéressants : Nick Suzuki, Josh Brook, Ryan Poehling, Jesse Ylonen, Alexander Romanov…  Incluez 2 ou 3 de ces jeunes, ajoutez Lindgren, soupoudrez de choix de 1er et de 2e ronde et on peut commencer à espérer s’approcher d’une offre raisonnable.

Imaginez…

Bref, est-ce que Tarasenko déménagera cette année?  Est-ce que ce pourrait être en direction de Montréal?  Mais surtout, si un échange tel qu’imaginé plus haut devait survenir, est-ce que ça en vaudrait le coup selon vous?

On ouvre les circuits après la pause…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *