Ca sent les séries … Pour les Canadiennes! | Charles Bussières-Hamel

Ça sent les séries, oui les séries mais tous comprendront que l’on ne fait pas référence à celles que l’on attend impatiemment et qui font vibrer le Québec à chaque printemps. Les équipes professionnelles montréalaises ont connu une dernière année plutôt difficile. Les Canadiennes de Montréal, ces joueuses de hockey plutôt méconnues, débutent leur parcours vers une cinquième coupe Clarkson après une saison plus que satisfaisante. Avec une récolte de 45 points en 28 parties, les montréalaises ont terminé au premier rang de la Ligue Canadienne de Hockey Féminin.

Dans cette ligue à sept équipes, les quatre premières se qualifient pour l’après saison. La première position (Montréal) affronte la quatrième (Markham) et la deuxième (Kunlun) doit en découdre avec la troisième (Calgary). Ces deux séries se jouent dans un format deux de trois. Tous les matchs sont disputés dans la même ville pour une question de logistique. Les vainqueurs s’affronteront le 25 mars à Toronto pour la Coupe Clarkson.

En saison régulière, Montréal a remporté les cinq affrontements contre le Thunder de Markham. Ces victoires ont toutes été acquises au-delà du temps régulier. Lors du voyage en Ontario à la fin octobre, les Canadiennes l’ont emporté 1-0 et 3-2 en prolongation. Un mois plus tard, lors du troisième match dans la banlieue torontoise, c’est par une victoire de 3 à 2 en fusillade que Montréal s’est imposée. Puis à la mi-décembre lors du passage du Thunder au Québec, les Canadiennes ont remporté les deux confrontations 5 à 4 en prolongation et 2 à 1 en fusillade. Ces matchs furent âprement disputés et malgré les victoires et la différence de points au classement, rien n’est gagné pour les Canadiennes.

Ne pas se fier au classement

Le Thunder termine la saison avec dix points de moins au compteur que les Canadiennes. Leur fiche de quatorze victoires, sept défaites, quatre défaites en prolongation et trois en fusillade leur a permis d’accumuler 35 points. C’est une saison marquée de hauts et de bas pour les ontariennes, tout d’abord un départ canon avec quatre victoires. Puis l’équipe a cassé subissant huit revers consécutifs. Au moment où ça compte le plus, Markham s’est ressaisi et conclut la saison avec sept victoires consécutives. On arrive en série en confiance et avec le momentum.

Quand vous terminez une saison avec une fiche de 22 victoires, 5 défaites et une défaite en fusillade, les mauvaises séquences se font plutôt rares. En effet les Canadiennes ont perdu deux matchs de suite qu’une seule fois, c’était lors du voyage en Chine contre le RedStar de Kunlun.

Ça pourrait se jouer sur les unités spéciales

Les Canadiennes ont été la deuxième équipe la plus pénalisée cette saison avec 298 minutes, près de onze minutes par match. Markham possède le meilleur jeu de puissance ayant trouvé le fond du filet près d’une fois sur deux (48,4%). Les montréalaises devront rester disciplinées et contrôler leurs émotions. Éviter le banc des pénalités étant la meilleure façon de contrer l’avantage numérique adverse. Les Canadiennes ont bien travaillé en désavantage numérique en terminant au premier rang à ce chapitre avec une efficacité de 82,8%.

De l’autre côté le Thunder n’est pas plus discipliné ayant accumulé 291 minutes de pénalité, le troisième plus haut total. Les Canadiennes ont quant à elles terminé en milieu de peloton avec un pourcentage de 28,6%. Même si leur attaque massive n’est pas aussi puissante que celle de Markham, Montréal devra capitaliser sur la faiblesse du désavantage numérique de l’adversaire (62,9%).

Quelques joueuses à surveiller

Présentant la meilleure attaque de la ligue, 117 buts en 28 matchs, il n’est pas surprenant de voir les Canadiennes placer quatre patineuses dans le top 10 pour les points :

Joueuse / rang / buts-passes-total

Ann-Sophie Bettez / 4e / 19-20-39
Noémie Marin / 6e / 18-15-33
Sarah Lefort / 7e / 18-13-31
Katia Clement-Heydra / 8e / 13-14-27

Bettez, Marin et Lefort forment le premier trio et ont été dominantes depuis qu’on les a réuni lors de la série contre Vanke à la fin janvier. Noémie Marin estime que c’est la complémentarité des styles des trois joueuses qui est responsable des succès.

En défensive, il faut noter l’excellente saison de la vétérante Cathy Chartrand qui a terminé au 17e rang des pointeuses et troisième chez les défenseures. La meneuse dans l’histoire de la LCHF à ce chapitre a ajouté 22 points à son propre record. Pour être honnête, nous pourrions affirmer qu’elle a obtenu le deuxième rang car la meneuse Ashleigh Brykaliuk a surtout joué en attaque cette saison. Chartrand s’avère aussi très fiable défensivement avec un ratio de +28 et ce malgré qu’elle affronte régulièrement les meilleurs trios adverses. Il faut aussi souligner l’excellent travail de Erin Ambrose qui s’est jointe à l’équipe en cours de saison. Elle a obtenu 14 points en seulement 16 matchs, récolte bonne pour le cinquième rang chez les défenseures.

Emerance Maschmeyer a démontré qu’elle pouvait chausser les patins d’une gardienne numéro un. Elle a mené la ligue avec 6 blanchissages, à égalité avec Noora Räty.

Devant le filet des montréalaises, Emerance Maschmeyer a prouvé qu’elle possède le coffre à outils pour occuper le poste de numéro un. Obtenue via transaction avec Calgary, la jeune gardienne a terminé au premier rang pour les victoires avec 18 en seulement 23 départs. Sa moyenne de buts alloués à 1,78 la place au deuxième rang et son pourcentage d’efficacité à ,920 au quatrième. Ses six blanchissages lui ont permis de battre le record de cinq détenu par sa prédécesseure Charline Labonté. Maschmeyer partage ce fait d’armes avec Noora Räty du RedStar de Kunlun. Ses performances ont permis à l’équipe de terminer deuxième pour les buts alloués avec 59, sept de plus que Kunlun.

Du côté de la formation ontarienne, on pratique un style de jeu plus serré car on possède beaucoup moins de “punch” en attaque. Le Thunder de Markham a compté 81 buts, 36 de moins que les Canadiennes. On pourrait résumer l’offensive avec un seul nom : Jamie Lee Rattray. Elle a récolté plus du quart des filets de son équipe (22). Son total de points (39) lui a valu le troisième rang dans la LCHF. Rattray a connu toute une fin de saison récoltant 28 de ses 39 points lors des 16 derniers matchs, la plus longue séquence de la saison et la quatrième plus longue dans l’histoire de la ligue.

La seule autre joueuse de Markham dans le top 20 des pointeuses, Kristen Richards, en a obtenu 23. En défensive, le Thunder ne bénéficie pas d’un apport aussi appréciable que celui des Canadiennes. Kristen Barbara fut la meilleure avec 12 points. Par contre il faudra garder Megan Bozek à l’oeil, l’américaine a cumulé neuf points en dix matchs.

Partage du travail devant le filet

Contrairement aux Canadiennes, l’entraîneur du Thunder Jim Jackson a partagé le travail de ses gardiennes. Erica Howe a fait seize apparitions devant le filet et Liz Knox treize. Depuis le retour de la pause olympique, Howe a obtenu trois départs et Knox les deux autres. Toutes deux ont compilé d’excellentes statistiques :

Erica Howe 8-5-0-2 / 2,18 / ,930 / 3 blanchissages
Liz Knox 6-6-0-1 / 2,23 / .921 / aucun blanchissage

Il sera intéressant de voir laquelle obtiendra la confiance de Jackson vendredi soir et s’il vivra ou mourra avec son choix pour toute la série.

De bonnes amies …

La semaine dernière les Canadiennes ont annoncé l’ajout de l’attaquante vedette et membre de l’équipe olympique américaine à Pyeongchang Hilary Knight. En disputant le dernier match de la saison, elle s’est familiarisée avec ses nouvelles coéquipières et avec le système de jeu de Dany Brunet.

Knight affrontera une collègue de l’équipe américaine cette fin de semaine. Le 10 janvier le Thunder annonçait la mise sous contrat de la défenseure américaine Megan Bozek, peu de temps après avoir été retranchée de l’équipe nationale. Ne se laissant pas abattre en voyant son rêve olympique s’envoler en fumée, Bozek s’inscrit au pointage 9 fois en 10 matchs.

Megan Bozek, deuxième choix total du repêchage de 2014 de la LCHF, s’est avérée une belle prise pour le Thunder en milieu de saison.

« Je suis super excitée! J’ai tellement hâte de la revoir! C’est vraiment une bonne défenseure. J’espère ne pas être frappée par son puissant lancer à moins que ce soit pour sauver un but. » répondait spontanément Hilary Knight quand on lui a parlé de l’affrontement avec Megan Bozek.

Du renfort pour les deux équipes

Les deux équipes ont ajouté plusieurs éléments depuis le dernier affrontement le 16 décembre.

Caroline Ouellette a effectué un retour au jeu à la fin janvier, quelques mois après avoir donné naissance à son premier enfant. Puis la semaine dernière, la défenseure Lauriane Rougeau a décidé de reprendre le collier. Les Canadiennes ont aussi causé la surprise en mettant la main sur Hilary Knight. La présence de Ouellette et Knight bonifie une attaque déjà fort efficace et le retour de Rougeau pallie à l’absence de Cassandra Poudrier, blessée.

En plus de Megan Bozek, Markham compte sur l’ajout des défenseures Jocelyne Laroque et Laura Fortino et de l’attaquante Laura Stacey. Ces nouvelles joueuses stabilisent la défensive et permettent une bien meilleure relance de l’attaque. Stacey vient enlever beaucoup de pression sur les épaules de Jamie Lee Rattray qui a transporté l’offensive de son équipe toute la saison.

À quoi s’attendre?

Sur papier, les Canadiennes semblent être une bien meilleure équipe mais en réalité c’est une autre histoire. Noémie Marin prévoit une série où les adversaires adopteront un style physique et appliqueront beaucoup de pression : « On ne s’attend à rien de moins qu’un style de jeu très physique de leur part. Nous devrons être prêtes à compétitionner quand la rondelle tombera vendredi soir. Il fallait se battre pour chaque rondelle libre quand nous les avons affronter. »

Bien que son équipe n’ait pas connu une fin de saison aussi impressionnante que Markham, Dany Brunet ne voit pas ça comme une mauvaise situation : « Si on regarde vers la fin de saison, on a fait face à plus de défis, on a connu la défaite. C’est peut-être mieux comme ça. C’est bon de le vivre avant les séries. Je me souviens d’une année contre Boston où l’on avait gagné facilement puis en arrivant dans les séries, ça avait été difficile car on avait manqué d’adversité. »

Selon Marin, les deux victoires dans l’adversité contre Calgary reflètent la saison. L’effort déployé devra se transporter lors de l’après-saison : « Toute l’année, nous avons eu des matchs assez serrés. Il y a eu de l’adversité à Boston et à Toronto. Il a fallu que l’on compétitionne et que l’on se donne. Il y a beaucoup de parité dans la ligue. Je pense que nous avons fini du bon pied, cela nous servira de tremplin pour les séries. »

Bref il ne faudrait pas se surprendre que la série se termine en temps supplémentaire dimanche en fin d’après-midi.

Pour conclure sur une note plus légère, le maire de Markham Frank Scarpitti a lancé un défi amical à la mairesse Valérie Plante. L’élu de l’équipe perdante devra porter le chandail de la gagnante lors d’un conseil municipal. La mairesse de Montréal a accepté l’invitation de son collègue ontarien.

Horaire

Vendredi 16 mars 19:30 – Aréna Michel-Normandin, Complexe sportif Claude-Robillard

Samedi 17 mars 19:30 – Complexe Bell de Brossard *À noter que Markham sera considéré comme l’équipe locale

Dimanche 18 mars 14:30 – Arena Michel-Normandin, Complexe sportif Claude-Robillard

Les parties de samedi et dimanche seront diffusées sur le site de la LCHF (www.thecwhl.com).

 

RedStar de Kunlun vs Inferno de Calgary

La deuxième série mettra aux prises le RedStar de Kunlun (43 points) à l’Inferno de Calgary (38 points). Après un excellent début de saison, l’Inferno a trébuché en fin de saison baissant pavillon lors des quatre derniers matchs. De leur côté, Kunlun a maintenu une fiche de sept victoires, deux défaites et une défaite en prolongation à leurs dix derniers matchs.

D’un côté plus positif pour l’Inferno, elles ont remporté trois des quatre parties dont deux au-delà du temps régulier contre Kunlun. La gardienne Delayne Brian vient de remporter le titre de gardienne de la semaine et devra poursuivre son bon travail pour stopper les gros canons du RedStar : Kelli Stack, Zoe Hickell, Jessica Wong et Alexandra Carpenter.

L’attaque de l’Inferno a connu des difficultés dans la séquence de quatre défaites maintenant une moyenne d’un but par match. Malheureusement pour les albertaines, elles feront face à l’excellente gardienne finlandaise Noora Räty. Cette dernière a dominé la plupart des statistiques individuelles à cette position.

Comme l’équipe hôtesse est basée à Shenzhen, il s’avérait plus simple pour la LCHFde trouver un terrain neutre pour disputer la série. Le RedStar et l’Inferno s’affronteront au Angus Glen Community Center de Markham en Ontario.

 

Honneurs individuels

La Ligue Canadienne de Hockey Féminin a annoncé les nominations pour les différents honneurs individuels. Grâce à une récolte de 49 points (26 buts – 23 passes) en 28 matchs, l’américaine Kelli Stack (RedStar de Kunlun) met la main sur le trophée Angela James remis à la meilleure pointeuse. À souligner, elle a récolté au moins un point dans 25 parties.

Ayant terminé au premier rang du classement général, les Canadiennes de Montréal remportent le trophée du Président. Plusieurs membres de l’organisation ont été retenus pour les honneurs individuels, voici les nommés aux différentes catégories :

Joueuse la plus utile

Kelli Stack (RedStar de Kunlun)
Jamie Lee Rattray (Thunder de Markham)
Ann-Sophie Bettez (Les Canadiennes de Montréal)

Malgré ses 39 points en 28 matchs, il sera difficile pour la capitaine des Canadiennes Ann-Sophie Bettez de mettre la main sur le titre de joueuse par excellence.

Gardienne de buts de l’année

Noora Raty (RedStar de Kunlun)
Erica Howe (Thunder de Markham)
Emerance Maschmeyer (Canadiennes de Montréal)

Défenseure de l’année

Katelyn Gosling (Inferno de Calgary)
Jessica Wong (RedStar de Kunlun)
Cathy Chartrand (Canadiennes de Montréal)

Recrue de l’année

Sophie Shirley (Inferno de Calgary)
Britanny Zubak (Furies de Toronto)
Cayley Mercer (Rays de Vanke)

Entraîneur de l’année

Tomas Pacina (Inferno de Calgary)
Jeff Flanagan (Furies de Toronto)
Dany Brunet (Canadiennes de Montréal)

Trophée Jenna Hefford, voté par les joueuses, présenté par l’Association des Joueurs de la Ligue Nationale de Hockey

À déterminer

 

Crédit photo : Habs Eyes on the Prize – Jessica Bazal / The Link Newspaper / Teri Di Lauro / RDS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *