Volet espoir | Lucas Raymond, le distributeur par excellence

Crédit photo: Sportsnet

LUCAS RAYMOND | Frolunda HC  Frölunda Indians (1996 - Pres)

Ailier droit/ailier gauche | 5’11, 170 lbs | Droitier | Göteborg, Suède
Statistiques 2019-2020

SHL (Frolunda HC): 4 buts, 6 passes, 10 points en 33 rencontres

SuperElit (Frolunda HC – moins de 20 ans) : 3 buts, 11 passes, 14 points en 9 rencontres

CMJ – moins de 20 ans (Suède): 2 buts, 2 passes, 4 points en 7 rencontres

Lucas Raymond a évolué la majorité de la saison dernière dans la grande ligue suédoise, avec le Frolunda HC. Il ne faut pas se fier à son maigre total de points cette saison, alors que l’attaquant n’a joué que 10 minutes en moyenne par partie, avec moins d’une minute de jeu sur l’avantage numérique. Raymond a déjà remporté plusieurs honneurs dans sa jeune carrière : gagnant de la Ligue des Champions du hockey a deux reprises (2018-19, 2019-20), médaille de bronze au dernier championnat mondial des moins de 20 ans, médaille d’or au moins de 18 ans l’an dernier, médaille de bronze au moins de 17 ans l’an dernier, en plus d’être nommé sur l’équipe étoile, ainsi que l’argent au tournoi Hlinka en 2018-19. De plus, il a marqué son premier but dans la SHL à seulement 16 ans, un exploit en soi.

Analyse

L’ailier se trouve à être un fabricant de jeu extrêmement talentueux avec un énorme potentiel offensif. Un joueur complet et un incroyable patineur, Raymond peut être inséré autant à l’aile gauche qu’à droite et ne semble pas avoir de failles majeures dans son jeu.

Le suédois est très rapide grâce à ses puissants coups de patin. Lorsqu’il patine en ligne droite dans la zone neutre, il traverse la défensive adverse en un clin d’œil. Raymond est aussi très agile en changement de direction et s’avère très élusif en un contre un, notamment grâce à ses coups d’épaules pour feinter l’adversaire ou pour éviter les mises en échec. Globalement, il est probablement l’un des meilleurs patineurs de cette cuvée.

On peut aussi lui attitrer sans équivoque le titre de meilleur fabricant de jeu du prochain repêchage. Lucas Raymond a hérité d’une vision hautement supérieure à la moyenne et d’une créativité avec la rondelle qui ne laisse personne indifférent. Ses passes sont constamment précises, sur la tape. Son maniement de rondelle est sans précédent et il est excellent pour se créer de l’espace grâce à ses savantes feintes. De plus, Raymond est muni d’un tir vif et sournois, couronnant donc un ensemble d’habiletés qui le rend très imprévisible et dangereux, particulièrement sur l’avantage numérique.

Lucas Raymond possède un excellent sens du jeu qu’il exploite aussi bien défensivement. Il n’est pas du genre à regarder le jeu et attendre, il est plutôt celui qui l’initie et le contrôle à haute vitesse. Le suédois joue très intelligemment et semble constamment prendre les bonnes décisions dans les trois zones, en plus d’offrir de bonnes performances sur l’infériorité numérique. Il bataille ardemment pour la rondelle et s’avère une menace pour les défenseurs en raison de son échec avant. De plus, Raymond démontre un côté compétitif et joue avec beaucoup d’intensité. Par moment, il semble contrôler la partie à lui seul. Seul bémol, il est plus petit que la moyenne et ne semble pas toujours solide sur ses patins, ce qu’il va améliorer durant les prochaines années.

Comparaison LNH: Mitch Marner, Artemi Panarin

Conclusion

Dans une des meilleures cuvées depuis longtemps, Lucas Raymond a définitivement le talent pour être repêché dans les cinq premiers choix, mais se fera probablement sélectionner plus loin. Il aura probablement besoin d’une autre année dans la ligue suédoise (SHL) avant de faire le saut en Amérique du Nord, ce qui explique sa sortie probable du top 5. Raymond devra aussi ajouter la masse s’il veut rendre la transition plus facile, mais il demeure tout de même l’un des joueurs des plus talentueux du repêchage.

Projection repêchage: Comme mentionné plus haut, Raymond possède le talent d’un haut choix de loterie, mais se fera probablement repêcher quelque part entre le 5e et le 8e rang, en raison du flux de talent dans la présente cuvée. Alors que les Sénateurs et les Red Wings risquent fortement de se partager Lafrenière, Byfield et Stutzle, les équipes ayant le plus de chances de sélectionner entre le 5e et le 7e choix sont les Ducks (69,6% de chances), les Kings (68,4%) et les Devils (55,2%). Les Sabres suivent avec 26% de chance de repêcher au 7e rang et le Canadien est à 36,8% d’avoir le 8e choix.

Toutes ces équipes sont dotées d’une future ligne de centre respectable qui serait merveilleusement bien complété par Lucas Raymond. Toutefois, le besoin d’un défenseur dominant, comme Drysdale, se fait présent chez les Kings et surtout chez les Ducks. Il ne serait donc guère étonnant que la sélection de Raymond suive de très près celle du défenseur. À mes yeux, suivant les sélections de Lafrenière, Byfield, Stutzle et Drysdale, une équipe ayant besoin d’un ailier devrait sauter sur l’occasion de repêcher un virtuose offensif comme Raymond. S’il se rend jusqu’au Canadien, il serait un incroyable ajout pour jouer avec Suzuki ou Kotkaniemi d’ici quelques années.

Potentiel: Lucas Raymond ne fera probablement pas le saut en Amérique du Nord l’an prochain, mais d’ici quelques années, il devrait se retrouver sur une des deux premières lignes d’une équipe de la LNH. Son talent de fabricant de jeu, ses habiletés avec la rondelle ainsi que sa mobilité feront de lui un danger constant en zone offensive et sur la première vague de l’avantage numérique. On pourrait s’attendre à des saisons d’environ 50-70 points de sa part, dont 35-50 passes.

 

Crédit photo –  présentation: McKeen’s hockey

Grand fan de hockey qui se spécialise particulièrement dans les jeunes espoirs à venir, Joey travaille depuis plusieurs années à La Première Ronde et auparavant à En Prolongation. Il multiplie les heures de visionnement des matchs pour vous donner des analyses complètes et détaillées.

Publié
1 mois
Categories
HockeyRepêchage
Commentaires
Aucun commentaire
Written by Joey Fortin Boulay

Grand fan de hockey qui se spécialise particulièrement dans les jeunes espoirs à venir, Joey travaille depuis plusieurs années à La Première Ronde et auparavant à En Prolongation. Il multiplie les heures de visionnement des matchs pour vous donner des analyses complètes et détaillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *