Du mouvement chez les Canadiennes et dans la LCHF | Charles Bussières-Hamel

On critique souvent les équipes professionnelles qui évaluent mal l’évolution du niveau de jeu dans leurs ligues respectives. Elles apportent peu de changements pensant qu’elles possèdent les éléments nécessaires pour remporter les grands honneurs et que leur échec est dû à un concours de circonstances. La Ligue Canadienne de Hockey Féminin est en plein développement, le calibre augmente d’année en année. Les équipes ne peuvent se permettre d’être complaisante et croire qu’elles ont l’effectif en place pour remporter les grands honneurs année après année.

Malgré une saison de 45 points en 28 matchs (22-5-1), bonne pour le premier rang du classement général, les Canadiennes de Montréal se sont inclinées contre le Thunder de Markham au premier tour éliminatoire. Elles n’ont pu défendre leur titre de la Coupe Clarkson. Tout au long de la saison, les entraîneurs et les joueuses répétaient dans la victoire comme dans la défaite que tout ce qui importait était le championnat.

On ne pourra pas reprocher aux Canadiennes de tomber dans le piège de l’immobilisme. Le 12 juillet, la formation a annoncé l’acquisition de la gardienne Geneviève Lacasse et de l’attaquante Jillian Saulnier de l’Inferno de Calgary en retour de considérations futures (joueuses ou choix au repêchage).

Geneviève Lacasse

Née à Montréal, Geneviève Lacasse grandit à Kingston en Ontario. Elle évolue au Collège de Providence dans la NCAA où elle détient plusieurs records de l’institution dont le nombre de victoires (64), le nombre d’arrêts effectués (3482) et les blanchissages (20). En 2012, les Blades de Boston la sélectionnent au neuvième rang du repêchage. Durant son séjour en Nouvelle-Angleterre, elle contribue à la conquête de deux coupes Clarkson (2013 et 2015). Elle se joint à l’Inferno de Calgary en 2016.

La saison dernière, Lacasse était centralisée avec l’équipe olympique canadienne à Calgary. Elle participe à treize matchs maintenant une moyenne de 1,56 buts alloués et un taux d’efficacité de ,944. La gardienne de 29 ans s’amène à Montréal avec un impressionnant palmarès car en plus de ses deux coupes Clarkson, elle détient une médaille d’or olympique (Sotchi 2014) et une d’argent (PyeongChang 2018) et un championnat du monde (2012).

L’arrivée de Lacasse ne signifie pas le départ d’Emerance Maschmeyer. L’organisation a confirmé à La Première Ronde que la gardienne albertaine sera de retour cet automne. Maschmeyer a connu une saison du tonnerre avec 18 victoires dont 6 par blanchissage, une moyenne de 1,78 et une efficacité de ,920. Les Canadiennes comptent sans l’ombre d’un doute sur le meilleur duo de gardiennes de la ligue.

Jillian Saulnier

L’autre joueuse acquise dans la transaction a aussi participé aux derniers jeux olympiques. Jillian Saulnier a accumulé 17 points en 34 matchs avec l’équipe canadienne. Il ne faut pas se fier à ses statistiques, elle est définitivement une joueuse à caractère offensif. Les responsabilités qu’on lui avait attribuées ne lui ont pas permises de se mettre en valeur.

En deux saisons avec l’Inferno de Calgary, qui l’avait sélectionné au repêchage de 2015, elle obtient 40 points en 42 matchs. Elle faisait partie de l’équipe qui a vaincu les Canadiennes en 2016 en finale de la coupe Clarkson. L’attaquante de 26 ans fut nommée sur l’équipe d’étoiles de la LCHF à deux reprises. L’athlète originaire d’Halifax a étudié à la prestigieuse université Cornell. Elle fut finaliste au trophée Patty Kazmaier en 2014 qui est remis à la meilleure joueuse de la NCAA. Au terme de sa carrière universitaire, elle affiche d’impressionnants chiffres : 80 buts et 115 passes pour un total de 195 points en 125 matchs.

Les Canadiennes ayant compté 117 buts en 28 matchs, Jillian Saulnier vient se greffer à une brigade offensive particulièrement bien garnie avec les Ann-Sophie Bettez, Noémie Marin, Katia Clément-Heydra, Sarah Lefort et Kayla Tutino. Par ailleurs, La Première Ronde a eu la confirmation que Marie-Philip Poulin et Mélodie Daoust s’aligneront avec l’équipe pour la prochaine saison. Reste à voir si Caroline Ouellette portera l’uniforme tricolore cet automne. Cette dernière a démontré qu’elle avait encore les capacités d’évoluer au plus haut niveau à son retour en fin de saison 2017-2018.

Pour l’instant il n’y a aucune confirmation sur le retour d’Hilary Knight avec les Canadiennes. Évidemment les partisans souhaitent la revoir. On peut affirmer que les ponts ne sont pas rompus entre les deux partis, l’organisation lui a d’ailleurs souhaité un joyeux anniversaire sur les médias sociaux le 12 juillet.

Toujours aucune nouvelle quant au retour de Hilary Knight en 2018-2019.

À travers la LCHF

Un nouvel entraîneur pour le RedStar

Digit Murphy n’occupe plus le poste d’entraîneure du RedStar de Kunlun et de l’équipe nationale de Chine. Les deux partis ont convenu qu’il était dans l’intérêt de tous de se séparer. 

Le RedStar a terminé au deuxième rang du classement général et a atteint la finale de la Coupe Clarkson dès sa première saison en se fiant principalement aux joueuses internationales comme Kelli Stack, Zoe Hickel et Noora Ratty. Les chinoises ont eu très peu de responsabilités et de temps de jeu. La meilleure pointeuse, Zhixin Liu n’en a obtenu que 6 en 28 matchs. Plusieurs ont reproché à Murphy de prôner la victoire plutôt que le développement.

Lors de la participation au championnat du monde B sous les ordres de Digit Murphy, la Chine n’a pas fait bonne figure ne remportant que deux matchs. Les huits buts inscrits représentent une diminution de cinq comparativement à l’an dernier. La Chine a descendu de quelques rangs au classement mondial.

Tout cela va à l’encontre de ce que l’on souhaite avec le programme de hockey féminin. Les chinoises visent rien de moins qu’une médaille aux jeux olympiques de Beijing en 2022. Bien qu’aucune information officielle n’a circulé, son départ semble s’expliquer de lui-même.

Derrière le banc du RedStar, Digit Murphy sera remplacée par Bob Deraney. Ce dernier occupait le poste d’entraîneur-chef de l’équipe de hockey féminin de l’Université de Providence depuis 19 ans.

D’autres changements à Calgary

Le 28 juin dernier, l’Inferno annonçait la signature de la joueuse autonome Zoe Hickel. L’américaine de 25 ans a passé la dernière saison avec le RedStar de Kunlun où elle a accumulé 38 points (12 buts et 26 passes), bon pour le cinquième rang des pointeuses. La jeune femme est aussi une double championne du monde (2015 et 2016).

Zoe Hickel s’avère une belle acquisition pour Calgary. L’attaquante originaire de l’Alaska a connu une excellente saison recrue avec le RedStar.

Zoe Hickel retrouve une figure qu’elle a côtoyé à l’Université du Minnesota à Duluth. L’Inferno nommait Shannon Miller quelques jours auparavant au poste d’entraîneure. Au cours des seize dernières années, Miller a mené son équipe au championnat de la NCAA à cinq reprises. Il s’agit d’un retour à la maison pour la native de la Saskatchewan. Avant de se consacrer à cent pour cent au hockey, elle travaillait pour le service de police de Calgary. Entre 1991 et 1998 Shannon Miller s’alignait derrière le banc de l’équipe nationale canadienne en tant qu’entraîneure-adjointe remportant au passage trois championnats du monde et une médaille d’argent olympique (1998).

Du renfort pour les championnes

En plus de Digit Murphy et Zoe Hickel, Brooke Webster quitte aussi la Chine. L’attaquante vedette a signé un contrat le 12 juillet avec les championnes de la dernière saison, le Thunder de Markham. Cette nouvelle est passée un peu inaperçue à Montréal avec l’annonce de la transaction pour Geneviève Lacasse et Jillian Saulnier. Webster représentait une pièce maîtresse de l’offensive des Rays de Vanke avec 26 points en 26 matchs. Après une année à Shenzen et quatre à l’Université St Lawrence dans l’état de New York, l’attaquante de 23 ans rentre au bercail, elle qui a grandi à Aurora située à 25 kilomètres de Markham.

Sami Jo Small accroche ses jambières

La gardienne de buts a annoncé sa retraite après 18 saisons dans le hockey féminin d’élite. Sami Jo Small est l’une des rares à posséder la triple couronne : médaille d’or olympique (2002, 2006), championne du monde (1999, 2000, 2001, 2004, 2007) et championne de la coupe Clarkson (2014). À 41 ans, Small était employée comme gardienne auxiliaire pour les Furies de Toronto en 2017-2018. Elle a participé à quatre matchs présentant des statistiques intéressantes : 2 victoires, moyenne de buts allouée à 2,55 et pourcentage d’efficacité à ,932.

Sami Jo Small se retire après 18 saisons dont 15 dans l’uniforme du Furies. Elle a accepté le poste de directrice-générale en vue de la saison 2018-2019

La Ligue Canadienne de Hockey Féminin est en quelque sorte le bébé de la gardienne ontarienne. Elle fait partie du groupe de joueuses, en compagnie entre autre de Lisa-Marie Breton-Lebreux des Canadiennes, qui ont fondé la ligue au milieu des années 2000. Elles souhaitaient créer un milieu où les meilleures hockeyeuses pouvaient exercer leur passion et ce au meilleur niveau possible.

Maintenant que sa carrière de joueuse est terminée, Small ne se dissocie pas du Furies. L’équipe a décidé d’en faire sa nouvelle directrice-générale. Elle aura donc la mission de relancer la franchise qui en a arraché ces dernières années. Un beau défi pour cette pionnière du hockey féminin au Canada.

Repêchage 2018

Les équipes de la Ligue Canadienne de Hockey Féminin se préparent au repêchage qui aura lieu le 26 août à Toronto. En nouveauté cette année, les organisations peuvent signer leurs futures choix de première et deuxième ronde entre le 1er juillet et le 17 août. Au moment d’écrire ses lignes, aucune signature n’a été annoncée.

Les joueuses ont la responsabilité de se déclarer éligible au repêchage en se conformant à une série de paramètres. Étant donné qu’elles ne reçoivent pas de salaire pour jouer dans la LCHF, les filles peuvent identifier les endroits où elles sont prêtes à s’établir.

La Première Ronde reviendra avec plus de détails sur le repêchage, les conditions d’éligibilité et les joueuses à surveiller quelques jours avant l’événement.

Crédit photos : Les Canadiennes / Xinhuanet / Pension Plan Puppet

Publié
4 mois
Categories
LCHF
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *