Patriots : aucune prolongation de contrat prévue pour Tom Brady | Vincent Filteau

 

Tom Brady, agent libre en 2020 ou la retraite ?

Pour chaque saison que le football amène, de nouvelles choses inattendues se produisent. Cette année, pour la première fois depuis son arrivée dans la NFL, Tom Brady entamera une saison avec les Patriots en écoulant la dernière année de son contrat. Celui qui négociait ses prolongations de contrat deux avant leur échéance respective se retrouverait agent libre en 2020, comme ce fut le cas pour Drew Brees durant l’entre-saison de 2018. Pour le moment, c’est-à-dire à l’ouverture officielle du camp d’entraînement des champions en titre du Super Bowl, aucune prolongation de contrat n’est prévue pour le quart-arrière le plus victorieux et le plus titré de l’histoire du football professionnel.

On s’en doute, ce genre d’incertitude se veut présentement la plus grande source de spéculations dans les médias qui couvrent les activités des Patriots et de la NFL : est-ce la dernière saison de Tom Brady ? Bill Belichick aura-t-il le dernier mot sur Brady en ne renouvelant pas son contrat ? Brady et Belichick prévoient-ils prendre leur retraite de concert au terme de la saison 2019 ?

De nombreux changements de personnel depuis le Super Bowl 53

Toutes les suppositions à ce sujet – les plus réalistes comme les plus farfelues – inondent Twitter et les plateformes consacrées à la NFL présentement. Or, anticiper la retraite de Brady, en soi, n’a rien d’une prédiction sensationnaliste, particulièrement lorsqu’on tient compte des nombreux changements de personnel qu’on connu les Patriots durant la saison morte, tant chez les joueurs de position que chez le personnel d’entraîneurs : retraite de Rob Gronkowski, départs de Brian Flores (coordonnateur défensif), de Chad O’Shea (entraîneur des receveurs de passe) partis du côté des Dolphins de Miami, de Brendan Daley (entraineur des joueurs de ligne défensive) avec les Chiefs de Kansas City.

Au cours des dernières années, chaque fois qu’on l’interrogeait sur ses intentions de poursuivre sa carrière le plus longtemps possible, Brady répondait toujours la même chose : «Quand je nuirai à mon équipe, je prendrai ma retraite.» À 42 ans, un tel scénario est de plus en plus envisageable, surtout que Brady a trahi son âge à plusieurs reprises en 2018, particulièrement durant les trois premiers quarts du Super Bowl 53. Avec la perte de Rob Gronkowski (sa cible de prédilection), le vieillissement de Julian Edelman et le manque de ressources à l’attaque – rien ne nous assure que le choix de première ronde N’Keal Harry répondra aux attentes entretenues à son endroit –, on peut s’imaginer que Brady songe aux nombreux obstacles qui se présenteront à lui à ce chapitre cette saison, ainsi que pour les saisons à venir.

Il faut souligner le fait Harry est l’unique receveur repêché en première ronde par Belichick depuis son arrivée avec les Patriots en 2000, ce qui fait de lui le seul receveur repêché par l’organisation au premier tour par l’organisation depuis Terry Glenn en 1996. Si les Patriots possèdent un champ-arrière bien fourni (James White, Sony Michel, Rex Burkhead, Damien Harris et Brandon Bolden), c’est tout le contraire en ce qui concerne leur bassin de receveurs de passe et d’ailiers rapprochés.

 

 

En date d’aujourd’hui, les principaux receveurs des Patriots sont : Julian Edelman, Demaryius Thomas (blessé au tendon d’Achille), N’Keal Harry, Maurice Harris et Philip Dorsett. Si Edelman est la seule valeur sûre du lot, Demaryius Thomas est un sérieux candidat à être libéré de l’équipe d’ici la fin du camp d’entraînement, si sa blessure l’empêche d’obtenir suffisamment de temps de pratique avec Brady et les autres. Josh McDaniels n’aura pas d’autre choix que de se tourner vers le jeu au sol pour compenser son manque de ressources en matière de jeu aérien, surtout lorsqu’on tient compte du comité peu enviable d’ailiers rapprochés à la disposition : Matt LaCosse, Benjamin Watson et Lance Kendricks (signé hier).

 L’avenir de Brady est-il lié à celui de Bill Belichick ?

On connaît la capacité de Bill Belichick et de ses adjoints de s’adapter à toutes les situations périlleuses – et loin de moi l’intention de les mettre en doute –, mais avec la montée de deux puissances hypothétiques dans l’AFC (Chiefs, Browns), les efforts d’adaptations seront toujours plus grands chaque fois que Tom Brady soufflera une autre bougie sur son gâteau d’anniversaire.

Cela dit, se pourrait-il que 2019 soit également la dernière saison de Bill Belichick à titre d’entraîneur-chef des Patriots ? Il y a un mois de cela, les Texans de Houston ont approché l’actuel DG et directeur du personnel des Patriots, Nick Caserio, pour qu’il devienne leur DG. Bill Belichick et Robert Kraft ont immédiatement riposté à cette manœuvre des Texans en déposant un grief pour «maraudage déloyal» contre eux auprès du bureau de la NFL. Peu de temps après, les Texans ont renoncé à leur poursuite de Caserio, choisissant plutôt d’amorcer la saison 2019 sans directeur général attitré. Les nombreux reports à ce sujet stipulent que Caserio, dont le contrat avec les Patriots prendra fin au terme de la saison, rejoindra les Texans et Bill O’Brien (l’ancien coordonnateur offensif des Patriots) quand il sera libre comme l’air.

Nous ne connaissons pas les détails du contrat de Josh McDaniels, réchappé à la dernière seconde par Belichick et Kraft, alors que ce dernier avait accepté le poste d’entraineur-chef des Colts d’Indianapolis, mais tout porte à croire que les Patriots ne voudront pas perdre leur DG et leur coordonnateur offensif dans un avenir rapproché. On peut certainement imaginer que l’argument de taille pour retenir McDaniels fut une promesse : celle du poste d’entraineur-chef des Patriots. Peut-on envisager que Belichick cède sa place à McDaniels, afin d’occuper uniquement la fonction de directeur général en 2020, question de laisser la maison en ordre au moment de prendre sa retraite ?

Et si Brady devait être le quart-arrière en poste lors de cette transition, il serait obligé de développer une complicité avec un nouveau coordonnateur offensif, alors que les Patriots ne peuvent compter prétendant crédible pour ce rôle depuis le départ de Chad O’Shea à Miami. Brady voudra-t-il conclure sa carrière légendaire dans un climat aussi instable ou bien se retirer au bon moment, peut-être en soulevant un septième trophée Vince Lombardi en février à Miami ?

Crédit photo : WEEI

Vincent Filteau est né à Saint-Jean-sur-Richelieu en 1991. Poète, essayiste et journaliste, il a publié dans plusieurs revues et collectifs, depuis une dizaine d’années. Il est (surtout) un passionné du sport.

follow me
Written by Vincent Filteau

Vincent Filteau est né à Saint-Jean-sur-Richelieu en 1991. Poète, essayiste et journaliste, il a publié dans plusieurs revues et collectifs, depuis une dizaine d’années. Il est (surtout) un passionné du sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *