Sont-elles en Furies? Toronto débarque à Montréal | Charles Bussières-Hamel

C’est après une absence de plus de trois semaines que les Canadiennes effectuent leur retour à domicile cette fin de semaine. Pour l’occasion, le Furies de Toronto s’amène à Montréal pour disputer une série de deux matchs. Ces dernières tenteront de venger la cuisante défaite de 8-3 subie à domicile dimanche dernier au main des montréalaises.

Les Canadiennes étaient visiblement trop fortes, elles ont entamé le match sur les chapeaux de roues en marquant deux buts lors de la première minute jeu. Il a fallu attendre la fin de la deuxième période pour voir le Furies tromper la vigilance d’Emerance Maschmeyer en avantage numérique. Il était cependant trop tard car cela portait la marque à 5-1. Les deux autres buts de Toronto furent inscrit en fin de troisième lorsque le match était hors de portée. Les deux gardiennes en bleu en ont eu plein les bras faisant face à 43 lancers, en comparaison Maschmeyer en a reçu seulement 25.

La veille les Canadiennes ont retrouvé le chemin de la victoire, après avoir perdu deux des trois matchs de la Super Série, en battant le Thunder de Markham en tirs de barrage par la marque de 3-2. L’équipe a démontré beaucoup de caractère en revenant de l’arrière en deuxième moitié de match. Le Thunder a pris l’avance 2-0 mais les joueuses se sont mises au travail en bombardant le filet de Erica Howe de dix-sept tirs au deuxième engagement, la déjouant une fois. Le deuxième filet est arrivé en début de troisième.

 

Bilan statistiques

Plusieurs membres des Canadiennes ont amorcé la saison du bon pied au niveau des statistiques offensives. La défenseure Cathy Chartrand se retrouve au septième rang de la Ligue Canadienne de Hockey Féminin avec dix points, soit quatre buts et six passes, en neuf parties et un excellent différentiel de +12. Chez les arrières, seule Ashleigh Brykaliuk du Vanke Rays la devance avec dix-sept points en neuf parties. La jeune défenseure recrue contribue grandement au succès offensif de son équipe et elle occupe le quatrième rang des pointeuses de la ligue.

Pour sa part, la nouvelle capitaine Ann-Sophie Bettez a réagi à la hauteur du titre qui lui a été accordé en menant la charge avec quatre buts lors du voyage en Ontario. Bettez a trouvé le fond du filet lors des quatre derniers matchs. Ces belles performances lui permettent de se hisser au cinquième rang de la ligue pour les buts avec huit.

La nouvelle venue, Kayla Tutino figure aussi dans le haut du palmarès, au treizième rang avec huit points. Noémie Marin et Katia Clément-Heydra sont respectivement 17e et 20e. Marin domine au chapitre des buts en avantage numérique chez les Canadiennes avec trois. Il faut noter que les montréalaises et les Rays ont joué quelques matchs de moins que les autres équipes.

Le premier et troisième rang des pointeuses de la LCHF sont occupés par les ontariennes Cayley Mercer et Brooke Webster avec respectivement 19 et 17 points en seulement neuf matchs. Ces deux joueuses se sont expatriées à Shenzen pour s’aligner avec le Vanke Rays. Les amateurs auront par ailleurs la chance de voir cette équipe à l’œuvre à Montréal pour une série de trois parties à la fin janvier. L’ex-olympienne Kelli Stack s’est hissée au deuxième rang (18 points dont 14 buts) suite à une victoire de 6-0 du RedStar contre les Rays.

La tenue d’Emergence Maschmeyer confirme que l’organisation a pris la bonne décision en acquérant ses services.

Devant les buts, la gardienne des Canadiennes Emerance Maschmeyer n’a rien à se reprocher avec cinq victoires en six présences devant le filet. Ces deux bonnes performances de la fin de semaine dernière lui ont valu le titre de gardienne de la semaine dans la LCHF. Chaque semaine la ligue tient un vote sur Twitter et sur son site pour élire la lauréate. Maschmeyer occupe le quatrième rang, derrière Elaine Chuli des Rays, Lindsay Post de l’Inferno et Noora Raty du RedStar, pour la moyenne de buts alloués à 1,95 et un excellent pourcentage d’arrêt de ,923. Aucune information n’a été divulguée mais probablement que Dany Brunet utilisera ses deux gardiennes ce week-end, donc Catherine Herron devrait voir de l’action. Cette dernière a effectué du boulot plus que adéquat lorsqu’on a fait appel à ses services.

 

À surveiller du côté de Toronto

Le Furies semble beaucoup plus éprouvé que les Canadiennes par l’absence des olympiennes. Toronto est privé de trois joueuses, deux défenseures de premier plan en Erin Ambrose et Renata Fast. Fast avait d’ailleurs hérité du titre de recrue de l’année dans la LCHF en 2016-2017. En attaque, les torontoises bénéficieraient certainement de la présence de Natalie Spooner. L’attaquante connaît un excellent camp d’entraînement avec l’équipe nationale avec onze points en dix parties hors-concours.

La principale faiblesse du Furies demeure son incapacité à trouver le fond du filet régulièrement. En onze matchs, l’équipe a fait scintiller la lumière rouge à quinze reprises pour une faible moyenne de 1,36 filets par rencontre. Comparativement, les Canadiennes présentent une excellente moyenne de 3,78. La meilleure pointeuse de l’équipe, Emily Fulton affiche seulement six points au compteur. De plus, peu de soutien provient de l’arrière, un seul but fut inscrit par les défenseures. Il est l’œuvre de Shannon Moulson en avantage numérique. Avec seulement quinze buts, il n’est pas surprenant de constater qu’aucune joueuse de Toronto figure parmi le top 20 des marqueurs de la Ligue Canadienne de Hockey Féminin.

Les insuccès se répercutent aussi en défensive et on peut noter l’absence de patineuses avec un ratio positif, une seule a un différentiel de 0. La gardienne numéro un Sonja Van Der Bliek fait tout en son possible pour garder le fort et cela se reflète dans ses statistiques malgré sa fiche perdante : 2-6-1 / 2,91 / ,914. Elle reçoit en moyenne 32 lancers par matchs tandis que Maschmeyer 26.

Le nouvel entraîneur Jeff Flanagan a donc beaucoup de boulot pour tenter de resserrer le jeu défensif et se devra d’être créatif pour que son équipe génère de l’attaque. Il faudra éviter le banc des punitions cette fin de semaine contre la puissante attaque des montréalaises. Par ailleurs, lorsque les Canadiennes ouvriront la porte en écopant de pénalités, Toronto se devra d’en profiter. L’indiscipline est un aspect à améliorer par la troupe de Dany Demers.

Un des faits saillants de la Super Série contre le Kunlun RedStar fut le jeu robuste pratiqué par les deux équipes, la tendance pourrait se poursuivre contre Toronto. D’ailleurs lors du match de dimanche dernier, pas moins de dix-sept pénalités ont été décernées, la majorité d’entre elles visait à contrer la robustesse : rudesse, mise-en-échec illégale et coup de bâton. Si le Furies est en mesure d’élever son jeu d’un cran question d’être plus compétitif, c’est un un bon spectacle qui attend les amateurs cette fin de semaine.

Les Canadiennes hisseront les bannières des quatre conquêtes de la Coupe Clarkson. Pour l’occasion, plusieurs anciennes seront présentes.

Les deux matchs contre le Furies de Toronto seront présentés à l’aréna Michel-Normandin du Complexe sportif Claude-Robillard. L’action débute samedi en fin d’après-midi à 17:30. Puis, les deux équipes remettent ça dimanche à 13:30. Avant le début du match, les Canadiennes hisseront les bannières des quatre conquêtes de la Coupe Clarkson (2009, 2011, 2012 et 2017). Pour l’occasion, plusieurs anciennes joueuses seront présentes dont Caroline Ouellette, Julie Chu, Emilie Boccia et Alyssa Sherrard.

Les spectateurs sont invités à apporter leurs patins car l’organisation répète l’expérience de « Patinez avec les Canadiennes. » Les joueuses resteront sur la glace après le match et quelques anciennes chausseront aussi les patins. Une belle occasion pour rencontrer et discuter avec les Canadiennes.

Publié
11 mois
Categories
Hockey
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *