À la conquête de l’Ouest – le Jazz de Utah

Auteur
follow me

Nous en sommes déjà au quart de la saison NBA et une équipe se positionne étonnamment au sommet de la compétition. Elle ne vient ni de Los Angeles, ni de Boston et ni de Milwaukee, mais bien de Salt Lake City!  Le Jazz de Utah est l’une des équipes dominantes de cette saison de par la profondeur de son effectif et la qualité de son entraîneur. Bien que le Jazz de Utah ait atteint les éliminatoires de multiples fois au cours des dernières années, jamais on ne penserait que l’organisation était candidate au titre. Pourtant, l’effectif de Quin Snyder semble plus concentré que jamais à vouloir remporter les grands honneurs.

Après avoir offert l’un des contrats les plus lucratifs de la ligue à son joueur étoile Rudy Gobert, la haute direction de l’équipe fut grandement remise en question. À posteriori, Gobert n’était pas du tout comparable au Kevin Durant et au Anthony Davis de la ligue en terme de salaire. Toutefois, l’essence même de ce contrat explique beaucoup les récents succès du Jazz qui a tout mis sur la table pour conserver le colosse.

Depuis que celui-ci a été repêché par l’équipe en 2013, le français est un élément clé de l’offensive du Jazz, mais surtout de leur défensive. Rappelez-vous que Rudy Gobert a été élu Joueur défensif par excellence de la NBA en 2018 puis en 2019.  Sa valeur à Utah n’est certainement pas à sous-estimer.

D’ailleurs, il y a quelques jours, l’équipe de Salt Lake City était au sommet de la conférence de l’Ouest en plus d’avoir été victorieuse durant 11 matchs consécutifs, de quoi se faire remarquer par l’ensemble des partisans de la NBA.

Ce sont finalement les Nuggets de Nikola Jokić qui auront eu le dessus sur le Jazz.

Rudy Gobert s’est exprimé à l’égard du Joker et sur cette même défaite.

« Il a trouvé son rythme rapidement. J’aurais dû faire du meilleur boulot. Il a inscrit ses points bien trop facilement, surtout en première mi-temps. (…) J’assume l’entière responsabilité de ça. L’équipe compte sur moi, et je dois faire un meilleur travail. »

Bien que Rudy se positionne comme le leader du Jazz, Donovan Mitchell a aussi son mot à dire. En cumulant une moyenne par match de 22.8 points, 4.2 rebonds et 4.8 aides, Spida prouve qu’il mérite entièrement son récent contrat de 195 millions de dollars.

Jordan Clarkson connaît aussi une saison exceptionnelle cumulant une moyenne de 17 points par match. Je ne serais pas surpris de le voir candidat au titre du meilleur 6e homme de la ligue destiné au joueur le plus utile de sa formation en sortie de banc. Le Jazz peut également compter sur la présence de Joe Ingles, de Royce O’Neale et de Bogdan Bogdanovic qui contribuent fortement à la réussite de l’équipe derrière la ligne de trois points. Le Jazz d’Utah est d’ailleurs la meilleure équipe de l’association dans cette catégorie, statistique fort intéressante considérant le style de jeu de la NBA d’aujourd’hui. N’oublions pas la présence du vétéran Mike Conley qui démontre des étincelles de jeunesse sur le cinq de départ.

Il est alors clair que la profondeur de l’effectif de Utah lui permet d’élever son niveau de jeu. Néanmoins, beaucoup de choses pourraient changer d’ici les 50 prochains matchs !

Bonne chance au Jazz !

 

Crédit Photo – Présentation: Melissa Majchrzak/NBAE via Getty Images

Publié
10 mois
Categories
NBA
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *