Dans les câbles – Braidwood, comme jamais auparavant | Olivier Daigneault

Salut à toi, amateur de barbu

Adam Braidwood fait peur. Le prochain adversaire de Simon Kean est en effet, à première vue, intimidant. Le mot est faible en fait. Du haut de ses 6 pieds et 4 pouces et de ses 250 livres de muscles, sa grosse barbe et ses tatouages, il paraît effrayant. (Oui, je sais, le système métrique a été adopté dans les années 50 mais je ne suis pas capable de juger du physique d’un humain autrement qu’en pied et en livres… Elle est à combien ta piscine? 80? Et il fait combien dehors avec l’humidex? 40? C’est bien ce que je pensais!)

Braidwood n’a pas que le physique de l’emploi, il démontre des qualités athlétiques et un talent certain au noble art. Sa fiche parle d’ailleurs d’elle-même. Depuis qu’il a commencé chez les professionnels, il n’a subi la défaite qu’en une seule occasion, son deuxième de 13 combats. Il a d’abord fait sa marque au football universitaire américain avec Washington State avant de se faire repêcher au premier tour par les Eskimos d’Edmonton en 2006. Le joueur de ligne, doté d’une force redoutable, se trouve alors une nouvelle passion pour le sport de combat.

Il dispute un combat d’arts martiaux mixtes avant de se retrouver devant la justice pour une sordide affaire d’agression sexuelle et de possession d’arme envers son ex-conjointe. La prise d’antidouleurs était devenue un grave problème de consommation et en aurait été la cause, même s’il a reconnu que ce n’était pas une excuse. Braidwood plaida donc coupable et fut condamné à 4 ans et demi de pénitencier.

Prenant sa vie en main, il devient ensuite boxeur professionnel et terrorise la catégorie des lourds dans l’Ouest canadien. Triste événement à son palmarès, son combat contre Tim Hague le 16 juin 2017 (ça fera un an jour pour jour le soir du combat contre Kean) se solda par un KO dont Hague ne se relèvera jamais. Hague décéda 2 jours plus tard dans un hôpital d’Edmonton.

Simon Kean se retrouvera donc face à un tueur le 16 juin prochain… Sera-t-il à la hauteur du défi, son plus grand jamais vu auparavant? Les deux cogneurs se détestent royalement, s’invectivant à qui mieux mieux depuis quelques années. Nous sommes donc près de voir le dénouement de cette saga. À moins que ce ne soit que le premier chapitre…

Parlant de chapitre, Marie-Ève Dicaire va en ajouter un autre à son beau parcours alors qu’elle se mesurera à l’Argentine Yamila Belen Abellaneda samedi soir au Casino de Montréal lors du gala Grand Prix. La soirée mettra aussi en vedette les Shakeel Phinn, Dario Bredicean et Louisbert Altidor. La Québécoise tentera de remporter une douzième victoire en autant de combats.

Du côté de Steve Bossé et de Jean Pascal, les préparatifs vont bon train. Nous avons eu la confirmation que le combat aura lieu à la Place Bell de Laval plutôt qu’à l’extérieur, ce qui est déjà une bonne nouvelle. Vaut mieux ne pas trop se fier à Dame Nature pour sa clémence un soir de juin… Sinon, pas trop de coups de gueule et d’injures, du respect même jusqu’à une certaine limite. Tout le contraire de ce que je me serais attendu, surtout de la part de Pascal.

Il y a un autre combat d’envergure présenté samedi soir alors que le champion des 4 organisations majeures des poids super-légers Terence Crawford a abandonné ses 4 ceintures sur le bord du chemin pour affronter le champion WBO des mi-moyens et tombeur de Manny Pacquiao en juillet dernier, l’Australien Jeff Horn. Horn surfe encore sur la vague de son historique victoire et voudra prouver qu’il fait partie des meilleurs de sa catégorie. Crawford, lui, cherchera à démontrer qu’il peut être aussi rapide tout en étant plus musclé, chose que votre humble serviteur croit fermement. Gageons que ce sera une bataille à ne pas manquer, et nous discuterons des résultats la semaine prochaine, mais je vois mal Crawford perdre ce duel. La réponse nous sera livrée directement de Las Vegas samedi soir!

crédit photo: lejournaldequebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *