Dans les câbles – Une dure soirée au bureau | Olivier Daigneault

Salut à toi, amateur de combat de championnat du monde à sens unique

David Lemieux respirait la confiance avant son duel de samedi dernier contre le champion venue d’Angleterre, Billy Joe Saunders. Il se battait dans sa cour. Devant son public, chez lui. Il venait de remporter ses trois derniers affrontements de convaincante manière. Il n’avait pas peur de la force de frappe de son adversaire. Tout allait dans le bon sens, le sien.

Comme beaucoup d’autres, moi compris, il avait probablement sous-estimé les qualités de boxeur de Saunders. En pleine possession de ses moyens, en très grande forme physique et muni d’une détermination non seulement d’en finir avec cet aspirant sans respect, mais aussi de se faire un nom de ce côté-ci de l’Atlantique.

Saunders a complètement dominé son adversaire. D’un bout à l’autre. Certains juges ont donné deux, et même trois rounds à Lemieux, ces derniers devraient laisser leur place à d’autres. Stevie Wonder n’aurait pu faire pire. Le jab de Saunders a certainement été une des clés principales de son succès, en plus de se déplacer constamment dans le ring. Il a tenu les puissantes frappes de Lemieux à bonne distance toute la soirée.

 

Il est maintenant bien placé pour exiger une rencontre avec le détenteur des autres ceintures de la catégorie, Gennady Golovkin. Ce qu’il n’a d’ailleurs pas tardé à faire tout de suite après le combat. On dit qu’on apprend de nos erreurs. Lemieux a eu droit à toute une leçon samedi soir.

Il y avait de l’action à la Place Bell de Laval! Une soirée bien remplie, à la hauteur des attentes. Simon Kean a débuté les hostilités avec un retentissent KO au 2ème round face à Mike Sheppard. Vint ensuite Steven Butler qui, ne voulant pas être en reste, a infligé le même traitement à Lanardo Tyner (qui n’avait jamais été arrêté avant la fin en 45 combats en carrière), lui aussi au cours du 2ème engagement. Kim Clavel, faisant ses débuts chez les pros, a emporté une décision majoritaire des juges face à une bonne opposition de Yoseline Martinez Jose.

Mathieu Germain a profité lui aussi de la belle visibilité de ce gala pour démontrer son talent en défaisant Juan Garcia Mendes pour sa 12ème victoire en autant de combats. Custio Clayton a remporté la ceinture WBO Internationale face à Cristian Rafael Coria avec une belle performance qui lui a valu la décision majoritaire des juges. Batyr Jukembayev a conservé sa fiche parfaite en gagnant une décision majoritaire face au mexicain de caoutchouc Wilberth Lopez. Yves Ulysse Jr a offert une performance plus convaincante que lors de sa défaite face à Steve Clagett, pour vaincre son dangereux adversaire Cletus Seldin par décision unanime. De quoi rassurer le clan Ulysse, sur qui les yeux du réseau HBO étaient braqués.

Malgré la défaite du favori de la foule, on peut sans aucun doute parler d’un grand succès pour ce gala présenté à Laval. Bel amphithéatre, belle foule, belle carte. Ne manquait que la ceinture autour de la taille de Lemieux. Ce sera pour une prochaine fois…

 

crédit photo: bloodyelbow.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *