Dans les câbles – Le WBC mettra-t-il ses culottes? | Olivier Daigneault

Salut à toi, amateur de phénix

Bon, nous revoici. Vous vous demandez sûrement où j’étais passé. Un petit contretemps, rien de trop grave. On a tout tenté pour saborder cette chronique que vous aimez tant, mais je suis d’une résilience hors du commun. Personne ne peut m’empêcher de vous parler de sueur et de sang, compris? Bon, une bonne chose de réglée. Vous vous êtes ennuyés? Moi aussi. Content de vous retrouver!

Cette fin d’année est complètement folle, tant sur le ring que dans les coulisses. Le combat de retour de Sergey Kovalev, les prochains combats de Jean Pascal et David Lemieux. Nous avons eu droit au dernier combat en carrière du Portoricain Miguel Cotto, qui a malheureusement perdu par une décision unanime des juges face à Sadam Ali samedi dernier. Vous dire toute l’admiration que j’ai pour Cotto prendrais une chronique à elle seule (chose que je ferai lors d’une semaine de slow news… car là ce n’est pas le cas!).

Le cas Kovalev est intéressant aussi. En remportant la victoire par un retentissant KO sur le Polonais d’origine Vyacheslav Shanbranskyy samedi dernier, ‘’Krusher’’ a non seulement mis la main sur le titre WBO des super-moyens, il a maintenant une incidence direct sur les prochains combats d’unification. Nous avons maintenant quatre champions différents dans la même catégorie, un par organisation. Beterbiev pour l’IBF, Bivol pour le WBA et Stevenson pour le WBC. Ce qui m’amène à vous parler de mon sujet principal pour aujourd’hui.

Nous avons su que l’aspirant obligatoire au titre détenu par Stevenson depuis novembre 2015, Eleider Alvarez, avait reçu une offre du groupe GYM de se tasser (encore) dans la voie d’accotement pour faire place à un combat (plus payant pour le champion) face à Badou Jack. L’offre faite à Alvarez semblait en être une du genre qu’on ne peut refuser (on parle d’une somme d’argent importante et d’un contrat garanti de plusieurs combats par la suite).

 

Le président du WBC, Mauricio Sulaiman, osera-t-il retirer le titre de champion à Adonis Stevenson s’il évite encore une fois d’affronter Eleider Alvarez?

Ce qui a fait réagir de nombreux intervenants, chroniqueurs et aussi de nombreux amateurs, qui ont demandé des comptes au président du WBC, Mauricio Sulaiman. Ce dernier a répondu au Tweet de Nancy Audet de TVASports qui lui demandait pourquoi il n’a pas encore affronté un aspirant obligatoire et ce depuis les quatre dernières années. (On se pose tous la question en effet, merci Nancy!)

Sulaiman affirme que Sergey Kovalev a eu son mot à dire dans l’histoire (rappelons-nous que Kovalev devait affronter Stevenson mais l’appel d’offre n’a jamais eu lieu dû à une guerre de diffuseurs entre Showtime et HBO). Mais il ajoute que c’est inacceptable et que son organisation enquêtait sur la cause et qu’une décision viendrait bientôt.

Nous savons tous que c’est l’argent qui mène, dans ce milieu comme dans plein d’autres. La farce a assez duré. Il est grand temps que les organisations de boxe mettent leurs pieds par terre et oblige les boxeurs à s’affronter au mérite, non pas au cash. Pour le plaisir des amateurs, oui. Et pour le bien de leur sport, tout simplement.

Crédit photos: wbcboxing.com, fightnewsasia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *