Des ténors silencieux | Julien Rancourt

Comme à chaque Coupe du Monde, les attentes s’avèrent immenses envers les grandes puissances européennes et sud-américaines. Comme à chaque Coupe du Monde, plusieurs équipes négligées causent la surprise et déjouent les pronostics. L’édition 2018 de ce rendez-vous planétaire en Russie ne fait pas exception à la règle, alors que quelques favoris ont déçu lors de leur entrée en scène.

De ce lot, l’Allemagne a sans l’ombre d’un doute causé la plus grande surprise en ce début de tournoi, en s’inclinant par la marque de 1à 0 face au Mexique. Hormis le résultat, le plus décevant pour les champions en titre demeure le fait qu’ils ont dominé en grande partie la rencontre, avec notamment 61% de la possession et 25 tirs au but contre 12 pour leurs adversaires. Par ailleurs, l’ancienne gloire de la Mannschaft, Lothar Matthaus, y est allé d’une flèche envers le vétéran milieu de terrain Mesut Ozil, en affirmant qu’il manquait de cœur et de passion et que son langage corporel était négatif. Les hommes de Joachim Low auront la chance de se reprendre samedi alors qu’ils affronteront la Suède.

Suite à sa défaite en finale de la dernière édition du tournoi, les attentes s’avèrent élevées pour l’Argentine de Lionel Messi. Toutefois, les argentins ont commencé du mauvais pied avec un nul de 1 à 1 aux allures de défaite face à l’équipe Cendrillon du dernier Euro, l’Islande. Les hommes de Jorge Sampaoli avaient pourtant bien débuté la rencontre, alors que Sergio Aguero y est allé d’une frappe toute en puissance pour inscrire les siens au pointage à la 19ième minute de jeu. Seulement 4 minutes plus tard, les islandais créèrent l’égalité suite à un long retour du portier argentin. De son côté, Lionel Messi n’a pas connu un fort match, lui qui a été incapable de faire la différence en plus de rater un tir de pénalité qui aurait pu donner l’avantage à son équipe. La tâche ne s’annonce guère plus facile pour les attaquants argentins lors de leur prochaine rencontre, alors qu’ils s’opposeront jeudi au compact milieu de terrain de la Croatie, composé notamment d’Ivan Rakitic et de Luka Modric.

Considéré comme l’une des équipes favorites dans ce tournoi, le Brésil a lui aussi déçu lors de son entrée en scène. Malgré un magnifique but de Philippe Coutinho en début de rencontre, les Brésiliens ont éprouvé des ennuis offensivement. En effet, Neymar et sa bande ont été incapables de capitaliser sur leurs occasions tout au long de la rencontre pour ainsi permettre aux suisses d’égaler la marque et de se sauver avec un nul de 1 à 1. Un match nul à saveur de défaite pour les brésiliens qui, malgré le niveau de leurs adversaires, se devaient de mieux entamer la Coupe du Monde avec des armes offensives comme Neymar, Coutinho ou encore Gabriel Jesus. Les hommes de Tite pourront se reprendre vendredi alors qu’ils se mesureront au Costa Rica.

Alors que Cristiano Ronaldo n’avait jamais marqué contre l’Espagne, l’occasion était belle pour remédier à la situation dans l’un des matchs les plus attendus de la compétition entre l’Espagne et le Portugal. Le principal intéressé n’a pas perdu de temps pour faire démentir cette statistique avec un but sur tir de pénalité dès la 4ième minute de jeu. Ronaldo a finalement terminé la rencontre avec un tour du chapeau, permettant aux siens d’arracher un verdict nul de 3 à 3 dans un duel ibérique des plus fous. Malgré une nette domination des espagnols dans la possession avec 66% et l’étiquette de favoris, ceux-ci n’ont jamais été capable d’achever leurs adversaires et de se distancer au pointage. Le but de Ronaldo sur coup franc à la 88ième minute de jeu est la preuve qu’il ne faut jamais le prendre pour battu.

 

Crédit photo: NY Times et Mirror

 

 

Publié
5 mois
Categories
Soccer
Commentaires
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *